Tests rapides d'orientation et de diagnostic du VIH en CDAG : impact sur le rendu des autres sérologies et intérêt de la mise en place de mesures de rappel des consultants perdus de vue

Publié le 10 Septembre 2013
Mis à jour le 5 juillet 2019

Les tests rapides d'orientation et de diagnostic (TROD) VIH sont recommandés dans le dépistage de l'infection VIH " hors les murs ". Leur utilisation en CDAG/CDDIST peut favoriser la demande mais pourrait affecter le rendu des résultats des autres tests réalisés de manière concomitante, dans la mesure où celui-ci est plus tardif. Les objectifs de cette étude étaient : i) mesurer l'impact de l'introduction des TROD sur le rendu des résultats des autres infections dépistées et ii) mesurer l'impact de la mise en place de mesures de rappel téléphonique (envoi de SMS ou appel) des consultants sur le nombre de résultats non rendus après réalisation d'un TROD VIH. Ce travail a débuté en avril 2011 et s'est déroulé sur 15 mois, en deux phases successives, dans les CDAG/CDDIST d'Orléans et de Blois. Durant la première phase, les TROD et des tests Elisa ont été proposés une semaine sur deux. Au total, 445 personnes ont été incluses (197 TROD ; 248 Elisa). Le taux de perdus de vue (PDV) pour le rendu du résultat VIH était significativement plus faible parmi les patients ayant bénéficié d'un TROD (0%) que parmi les patients ayant bénéficié d'une sérologie VIH classique (7,3%) (p<0,001), alors que le taux de PDV pour la remise des résultats des tests autres que celui du VIH était significativement plus élevé parmi les patients ayant bénéficié d'un TROD (19,8% versus 13,2% ; p=0,05). Au cours de la seconde phase, un appel téléphonique direct au consultant, en cas de non-retour après un TROD, a permis de réduire le taux de PDV pour les autres sérologies à 10,2%. L'utilisation des TROD en CDAG/CDDIST favorise l'accès au dépistage. Cependant, lorsque des tests de dépistage non rapides doivent être réalisés de manière concomitante, des mesures de rattrapage des consultants perdus de vue doivent être mise en oeuvre.(R.A.)

Auteur : Prazuck T, Ducasse E, Huard E, Languille A, Sandberg F, Guinard J, Theillay A, Hocqueloux L
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2013, n°. 30, p. 369-76