Immunogénicité et tolérance du vaccin amaril chez le voyageur vivant avec le VIH, France, 2005. Numéro thématique. Santé des voyageurs 2007

Publié le 19 Juin 2007
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction. Le vaccin amaril (VA, fièvre jaune) est un vaccin vivant atténué théoriquement contre-indiqué chez les patients immunodéprimés en raison du risque possible de maladie vaccinale viscérotope ou neurotrope graves. Méthodes. Étude rétrospective des voyageurs vivant avec la VIH (voyageurs VIH) ayant reçu le VA en 2002 ou 2003 au CHU de Bordeaux. L'immunogénicité a été définie par la négativité des anticorps anti-amarils séroneutralisants (Ac-, <=5 UI/l) avant le VA suivie par des Ac positifs (Ac+, >=10 UI/l) après le VA. Résultats. Au total, 23 voyageurs VIH ont été étudiés. Tous avaient une numération CD4 > 200 /mm3 excepté un qui avait 159 CD4. Nous avons noté 12 voyageurs VIH déclarant un antécédent de VA et 9 d'entre eux (75 %) étaient immunisés (Ac+) avant le VA de l'étude. Nous avons observé 11 voyageurs VIH sans antécédent de VA (Ac-) et tous ont été immunisés par le VA (Ac+). L'immunogénicité du VA a été évalué à 93 % (13/14) chez les voyageurs VIH qui avait des Ac- avant le VA. Le délai d'acquisition de l'immunité semble plus long qu'en population générale. Aucun effet indésirable grave n'a été rapporté. Conclusion. Nous considérons que l'immunogénicité du VA est satisfaisante mais incomplète chez le voyageur VIH. Nous suggérons une grande étude prospective pour confirmer nos résultats.

Auteur : Pistone T, Verdiere CH, Receveur MC, Ezzedine K, Lafon ME, Malvy D
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2007, n°. 25-26, p. 238-40