HIV prevalence and sexual risk behaviors associated with awareness of HIV status among men who have sex with men in Paris, France

Publié le 1 Mai 2013
Mis à jour le 9 septembre 2019

A cross-sectional survey, using self-sampled finger-prick blood on blotting paper and anonymous behavioral self-administrated questionnaires was conducted in Paris in 2009 among MSM attending gay venues. Paired biological results and questionnaires were available for 886 participants. HIV seroprevalence was 17.7 % (95 % CI: 15.3-20.4). Four groups were identified according to their knowledge of their HIV biological status. Among the 157 found to be seropositive, 31 (19.7 %) were unaware of their status and reported high levels of sexual risk behaviors and frequent HIV testing in the previous 12 months. Among the 729 MSM diagnosed HIV-negative, 183 were no longer sure whether they were still HIV-negative, or had never been tested despite the fact that they engaged in at-risk sexual behaviors. This study provides the first estimate of HIV seroprevalence among MSM in Paris and underlines the specific need for combined prevention of HIV infection in this MSM population. Traduction du résumé : Une enquête transversale, menée à l'aide d'échantillons de sang par auto-prélèvement capillaire au bout du doigt déposé sur papier buvard et de questionnaires anonymes auto-administrés, a été réalisée à Paris en 2009 auprès des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) fréquentant les établissements commerciaux de convivialité gay. Les résultats biologiques appariés aux questionnaires étaient disponibles pour 886 participants. La séroprévalence du VIH était de 17,7% (IC 95%: 15,3-20,4). Quatre groupes ont été identifiés en fonction de leur connaissance de leur statut biologique du VIH. Parmi les 157 HSH qui se sont révélés positifs pour le VIH, 31 (19,7%) ignoraient leur statut et ont rapporté des niveaux élevés de comportements sexuels à risque et de fréquents recours au dépistage VIH au cours des 12 mois précédents. Parmi les 729 HSH qui étaient séronégatifs, 183 n'étaient pas certains d'être toujours séronégatifs ou n'avaient jamais réalisé de test au cours de leur vie, bien qu'ils soient, par ailleurs, engagés dans des comportements sexuels à risque. Cette étude fournit la première estimation de séroprévalence du VIH chez les HSH à Paris et souligne le besoin spécifique de prévention combinée du VIH dans cette population de HSH. En initiant le programme de surveillance immédiatement après la phase d'urgence d'une catastrophe et en effectuant un suivi régulier, il a été possible de décrire les phénomènes de détresse psychologique, d'adapter le dispositif aux besoins de prise en charge en santé mentale, et enfin de fournir des recommandations aux autorités sanitaires. Cette étude a mis en évidence les bénéfices d'une intégration de l'épidémiologie dans le développement d'une stratégie de santé mentale et de soutien psychosocial lors des suites de catastrophes naturelles. (Traduction effectuée par la Cellule de Valorisation Editoriale CeVE- de l'InVS)

Auteur : Velter A, Barin F, Bouyssou A, Guinard J, Leon L, Le Vu S, Pillonel J, Spire B, Semaille C
AIDS and behavior, 2013, vol. 17, n°. 4, p. 1266-78