Dépistage conjoint du VIH, du VHB et du VHC par les médecins généralistes : étude de faisabilité en Gironde et dans le Nord en 2012

Publié le 8 Juillet 2014
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction : l'écart entre les recommandations de dépistage du VIH et des virus des hépatites B et C (VHB, VHC) et les pratiques contribue au diagnostic tardif de ces infections. De nouvelles interventions de dépistage par les acteurs de soins primaires doivent être évaluées. Méthodes : un dépistage conjoint VIH/VHB/VHC a été systématiquement proposé, par des médecins généralistes (MG) spécifiquement formés des départements de Gironde et du Nord, à tout patient majeur n'ayant effectué aucun test. En cas d'antécédent de dépistage, la proposition de test était orientée par les signes cliniques ou l'exposition potentielle aux virus. Résultats : les MG participants étaient au nombre de 66, dont 68% d'hommes, d'âge médian 52 ans. Les tests ont été proposés à 50% et prescrits à 38% des consultants ; 38% d'entre eux les ont effectués au laboratoire. Le nombre médian de tests prescrits par MG a augmenté significativement entre la semaine précédente et la semaine de dépistage (2 à 16 tests VIH et 1 à 17 tests VHB/VHC, p inférieur à 0,0001). Les MG ont rapporté une amélioration de leurs pratiques de dépistage, notamment auprès des populations à risque. Conclusions : des MG motivés et sensibilisés à la pratique du dépistage peuvent proposer plus souvent que dans leur pratique courante et sur une courte période un dépistage conjoint VIH/VHB/VHC. (R.A.)

Auteur : Fagard C, Champenois K, Joseph JP, Riff B, Messaadi N, Lacoste D, Canva V, Foucher J, Chene G, Yazdanpanah Y, Dabis F
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2014, n°. 21-22, p. 395-400