An 18-year follow-up of HIV knowledge, risk perception and practices in young adults living in France

Publié le 27 Mars 2013
Mis à jour le 9 septembre 2019

OBJECTIVE: To evaluate trends over the last 18 years in HIV-related knowledge, risk perceptions, and sexual behaviors in young adults. METHODS: Data were obtained from six KABP surveys (1992, 1994, 1998, 2001, 2004 and 2010) from representative samples of the French population. Surveys were similar in terms of data collection and target populations: 2,362 men and 2,774 women aged 18-29 were interviewed by telephone. RESULTS: Young people were very familiar with the true routes of HIV transmission throughout the full period. However, in 2010 approximately 30% erroneously believed that mosquito bites could transmit HIV versus only 12% in 1994. They were less convinced about the efficacy of condoms in protecting against HIV: approximately 50% in 2010 versus 70-80% in 1992-1994.The proportion of respondents very afraid of AIDS significantly decreased from a maximum of 44% in 1994 to approximately 20% in 2010.Condom use at first intercourse was widespread after 1995 and sex without condoms in the previous year was far less frequently reported in 2010 than in 1992. Nevertheless the proportion of individuals reporting condom use at their most recent intercourse in 2010 was the lowest reported since 1994, with an increase in young men reporting no contraception use from 9.2% in 2004 to 18.8% in 2010. CONCLUSIONS: Young people appear to misunderstand certain STI/HIV transmission mechanisms. Other indicators for 2010 reflected a low level of HIV risk perception, distrust in condom efficacy, and a decrease in adopting prevention practices, which highlights the need to adapt preventive strategies. Traduction du résumé : L'objectif de cette étude était d'évaluer les tendances relatives aux connaissances, à la perception du risque et aux comportements sexuels liés au VIH chez les jeunes adultes au cours des 18 dernières années. Les données proviennent des six enquêtes KAPB (1992, 1994, 1998, 2001, 2004 et 2010) et sont basées sur des échantillons représentatifs de la population française. Les enquêtes étaient identiques en termes de collecte de données et de populations cibles : 2362 hommes et 2774 femmes âgés de 18-29 ans ont été interrogés par téléphone. Les jeunes connaissaient bien les modes réels de transmission du VIH pendant la période complète. Cependant, en 2010, près de 30% d'entre eux croyaient à tort que les piqûres de moustiques étaient susceptibles de transmettre le VIH, contre seulement 12% en 1994. Ils étaient moins convaincus de l'efficacité du préservatif à l'égard du VIH : environ 50% en 2010 par rapport à 70-80% en 1992-1994. La proportion de répondants craignant le sida a considérablement diminué, passant d'un maximum de 44% en 1994 à environ 20 % en 2010. L'utilisation du préservatif lors du premier rapport sexuel était fréquente après 1995 et les rapports sexuels sans préservatifs au cours de l'année précédente étaient beaucoup moins rapportés en 2010 par rapport à 1992. Pourtant, la proportion de personnes déclarant avoir utilisé un préservatif lors de leur dernier rapport sexuel en 2010 était la plus faible depuis 1994, avec une augmentation chez les jeunes hommes déclarant qu'ils n'utilisaient aucune forme de contraception, passant de 9,2% en 2004 à 18,8% en 2010. Les jeunes semblent mal comprendre certains mécanismes de transmission des IST / VIH. Les autres indicateurs pour 2010 reflètent un faible niveau de perception du risque VIH, une méfiance vis-à-vis de l'efficacité du préservatif, et une diminution des pratiques de prévention. Tous ces éléments soulignent la nécessité d'adapter les stratégies de prévention. (Traduction effectuée par la Cellule de Valorisation Editoriale CeVE- de l'InVS)

Auteur : Beltzer N, Saboni L, Sauvage C, Lydie N, Semaille C, Warszarwski J
AIDS, 2013, vol. 27, n°. 6, p. 1011-9