Evaluation de l'action d'incitation au dépistage de la syphilis dans les consultations de dépistage anonyme et gratuit. Paris, mai-septembre 2002

Publié le 1 Janvier 2005
Mis à jour le 10 septembre 2019

A Paris, dans les dispensaires antivénériens, le nombre de cas de syphilis a diminué régulièrement depuis les années quatre-vingt. En 2000, l'augmentation du nombre de cas a révélé une épidémie parmi les homosexuels. Pour répondre à cette épidémie, des actions de santé publique ciblées sur les professionnels de santé et les homosexuels ont été menées (mai à septembre 2002). L'impact de ces actions a été évalué sur le dépistage de la syphilis, sur la transmission de la syphilis et sur la prise en charge des patients. L'activité de dépistage de la syphilis a été évaluée dans les 11 CDAG parisiens (Consultations de dépistage anonyme et gratuit du VIH) (mai à septembre 2002) et dans un réseau de laboratoires parisiens d'analyses de biologie médicale (2001-2002). L'impact sur la transmission de la syphilis a été évalué à partir des données de surveillance de la syphilis (2000-2002). Les ventes d'Extencilline® 2,4 millions unités (MUI) dans les pharmacies parisiennes ont été choisies comme indicateur pour estimer la prise en charge des personnes atteintes de syphilis par les médecins du secteur privé (2001-2002). Dans les 11 CDAG, 23 756 questionnaires ont été collectés et 6 841 ont été échantillonnés pour l'analyse. La prévalence globale de la syphilis parmi les personnes dépistées était de 1,10 % [IC95 % 0,96-1,24]. Parmi les consultants des CDAG, les facteurs indépendamment associés à un test syphilis positif étaient d'être âgé de plus de 30 ans, d'être homosexuel et d'être VIH positif. Dans les 40 laboratoires parisiens volontaires, le nombre de TPHA/VDRL réalisés a augmenté de 23 % entre 2001 et 2002. Le nombre de cas de syphilis primaire et secondaire diagnostiqués dans le système de surveillance a doublé entre le premier et le deuxième trimestre 2002. Les ventes d'Extencilline® 2,4 MUI, relativement stables de janvier 2001 à mai 2002, ont augmenté brutalement dès le début des actions. Pour répondre à l'épidémie de syphilis, des actions de santé publique incluaient une information sur la syphilis vers les professionnels de santé et une incitation au dépistage de la syphilis vers les personnes à risque. L'évaluation proche de la fin des actions a montré un impact positif sur le dépistage. Au cours du temps, d'autres actions seront nécessaires pour contrôler l'épidémie. (R.A.)

Auteur : Couturier E, Michel A, Basse Guerineau AL, Warszawski J, Couturier S, Laporte A
Année de publication : 2005
Pages : 24 p.