Syphilis : nouveaux aspects épidémiologiques

Publié le 1 Février 2004
Mis à jour le 5 juillet 2019

La surveillance menée par l'InVS à partir des données provenant de sites de déclarations " volontaires " montre une augmentation croissante des cas de syphilis entre 2000 et 2002. Les caractéristiques de la population concernée montrent qu'il s'agit, pour la grande majorité des cas, de patients homo- ou bisexuels masculins, dont plus de la moitié sont infectés par le VIH. La résurgence de la syphilis est un témoin indirect du relâchement de la prévention dans les pratiques sexuelles à risque, avec probablement comme principal facteur de risque la fellation non protégée. D'autres pays d'Europe de l'Ouest ont connu la même situation qu'en France. En Europe de l'Est, le profil épidémiologique est différent avec une majorité des cas survenant chez des hétérosexuels et un lien fort avec la prostitution féminine et l'utilisation de drogues intraveineuses. Aux États-Unis, si une résurgence de la syphilis a pu être constatée dans la communauté homosexuelle, la majorité des cas sont rapportés dans certains États du sud des États-Unis chez des sujets afro-américains et sont en rapport avec une faible couverture sociale. La résurgence de la syphilis, même si elle reste limitée, doit inciter à renforcer les campagnes de prévention des infections sexuellement transmissibles en privilégiant les populations cibles actuelles.

Auteur : Dupin N, Couturier E
La Revue du praticien, 2004, vol. 54, n°. 4, p. 371-5