Les infections à Chlamydia trachomatis en France en 2002, données du réseau Rénachla.

Publié le 5 Octobre 2004
Mis à jour le 10 septembre 2019

L'infection à Chlamydia trachomatis est l'infection sexuellement transmissible bactérienne la plus fréquente de la femme. Le plus souvent asymptomatique, elle peut, en l'absence de traitement, être à l'origine de complications graves (grossesse extra-utérine, stérilité tubaire). Des tests diagnostics sur des prélèvements non invasifs comme l'urine disponibles depuis plusieurs années permettent de proposer un dépistage à des personnes asymptomatiques. Rénachla est un réseau national de laboratoires d'analyses de biologie médicale mis en place en 1989 pour suivre les tendances évolutives des chlamydioses uro-génitales en France et disposer de quelques caractéristiques épidémiologiques sur les patients ayant eu un diagnostic microbiologique d'infection à C. trachomatis. Dans un contexte d'une recrudescence des IST observée en France principalement chez les homosexuels (augmentation de la gonococcie de 1998 à 2000 (réseau Rénago), résurgence de la syphilis depuis 2000) et d'indicateurs témoignant d'un relâchement des comportements de prévention, il est important de voir si une IST fréquente dans la population hétérosexuelle telle que la chlamydiose uro-génitale augmente également. (R.A.)

Auteur : Goulet V, Laurent E
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2004, n°. 40-41, p. 194-5