Mise en oeuvre d'un réseau de surveillance de la résistance bactérienne aux antibiotiques en ville : le réseau Labville

Publié le 1 Mai 2008
Mis à jour le 10 septembre 2019

Contexte : La surveillance de la résistance bactérienne aux antibiotiques repose, en France, sur de nombreux partenaires et réseaux, majoritairement basés sur des laboratoires d'établissements de santé. Pour compléter ce dispositif, l'institut de Veille Sanitaire (InVS) a créé un réseau de laboratoires privés d'analyses médicales (LABM) de ville, le réseau Labville. Méthodes : Stratifiés par région, 69 LABM ont été tirés au sort. Les données patients anonymisées et les résultats d'analyses microbiologiques, issues de la reconnaissance des impressions de compte rendu, sont transmises à l'InVS par une connexion Internet sécurisée. Résultats : Le cahier des charges a été défini au vu des résultats de l'étude de faisabilité (2003). Les premiers mois du projet ont été consacrés à la définition d'une stratégie globale de reconnaissance des impressions par le prestataire informatique. Le paramétrage était adapté à chaque LABM en deux à trois semaines à partir d'un jeu d'analyses types. Après validation par l'InVS, la stratégie de lecture était appliquée aux résultats imprimés en routine et définitivement validée après quatre mois de réception quotidienne. L'adaptation de la stratégie de lecture à chaque LABM a nécessité plusieurs révisions de la stratégie globale. Cette adaptation demeure une phase longue nécessitant une expertise microbiologique. Conclusion : La solution développée est innovante. Elle fait abstraction des diversités et compatibilités informatiques et réduit la charge de travail du biologiste. Le réseau Labville constitue un test pour le développement futur par l'InVS d'autres réseaux de surveillance électroniques.

Auteur : Maugat S, Georges S, Nicolau J, Mevel M, Moreau F, Laurent F, Aubry Damon H, Coignard B
Médecine et maladies infectieuses, 2008, vol. 38, n°. 5, p. 249-55