La tuberculose multirésistante en France : surveillance et prise en charge, 1992-2002.

Publié le 3 Mai 2005
Mis à jour le 10 septembre 2019

Le Centre national de référence de la résistance des mycobactéries aux antituberculeux (CNR-RMA) contribue, avec les autres structures nationales, à la surveillance de la résistance des mycobactéries aux antibiotiques. A l'échelon national, le relevé annuel des caractéristiques des cas de tuberculose à bacilles résistants à l'isoniazide et à la rifampicine, dits multirésistants, est effectué depuis 1992 par un réseau de laboratoires de microbiologie qui prennent en charge la culture des mycobactéries en France. Depuis 1995, la mise en place d'un réseau de laboratoires universitaires de microbiologie permet aussi de surveiller chaque année la résistance aux antituberculeux de première ligne chez les nouveaux cas de tuberculose (" résistance primaire ") et les cas déjà traités (" résistance secondaire " ou " acquise "). Les deux types de surveillance concernent les cas de tuberculose prouvés bactériologiquement (culture positive). L'objectif de la surveillance de la tuberculose multirésistante (MDR) est l'exhaustivité et l'aide à la prise en charge thérapeutique alors que l'objectif de la deuxième surveillance est d'obtenir, sur une proportion importante (25 %) des cas diagnostiqués en France, les informations nécessaires à une analyse stratifiée des données comme cela est recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Les résultats de la surveillance sont adressés à la Direction générale de la santé et à l'Institut de veille sanitaire ainsi qu'à EuroTB et l'OMS. L'article présente ici les résultats de la surveillance de la tuberculose multirésistante ainsi que les mesures mises en place afin d'améliorer sa prise en charge. (R.A.)

Auteur : Robert J, Veziris N, Truffot Pernot C, Grigorescu C, Jarlier V
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2005, n°. 17-18, p. 78-80