Evaluation de la résistance aux antibiotiques chez les salmonelles non typhiques en Grèce de 1990 à 1997

Publié le 1 Août 2001
Mis à jour le 11 septembre 2019

La sensibilité de 1548 souches de salmonella paratyphi à 15 antibiotiques a été déterminée en Grèce de 1990 à 1997. La prévalence globale de la résistance chez deux sérotypes Salmonella enterica sérotype Enteridis et Salmonella enterica sérotype Typhimurium a augmenté au cours des dernières années de l'étude. Une baisse a été observée à partir de 1996, en particulier pour S. Enteridis, qui a montré les taux de résistance aux antibiotiques les plus élevés. S. Typhimurium s'est révélé être le sérotype le plus multirésistant. Les autres sérotypes présentaient une prévalence de résistance très faible comparés à S. Enteridis and S. Typhimurium. En conclusion, l'étude montre une élévation importante de la fréquence des infections à salmonella résistantes aux antibiotiques en Grèce au cours de la dernière décennie. La diminution de la prévalence de l'antibiorésistance au cours de la dernière année de l'étude suggère la prédominance des germes pathogènes sensibles et peut s'expliquer par le mécanisme de la résistance aux antibiotiques, principalement d'origine plasmidique pour le sérotype S. Enteridis.

Auteur : Velonakis EN, Markogiannakis A, Kondili L, Varjioti E, Mahera Z, Dedouli E, karaitianou A, Vakalis N, Bethimouti K
Eurosurveillance, 2001, vol. 6, n°. 7-8, p. 117-20