Signalements externes des infections nosocomiales, France, 2006. Bilans réguliers de surveillance - Maladies infectieuses

Publié le 22 Juillet 2008
Mis à jour le 5 juillet 2019

En 2001, les autorités sanitaires ont rendu obligatoire le signalement de certaines infections nosocomiales rares ou graves, afin de les détecter précocement et de favoriser leur investigation et contrôle. En 2006, 1 007 signalements totalisant 3 239 infections ont été reçus de 431 établissements de santé ; 304 correspondaient à des cas groupés. Les taux et délais de signalement variaient selon le type d'établissement et la région. Les micro-organismes les plus fréquemment signalés étaient Clostridium difficile (19 % des signalements), Staphylococcus aureus (11 % des signalements), les entérobactéries (9 %) et Pseudomonas aeruginosa (8 %). En 2006, le signalement a permis la détection de l'émergence d'infections à C. difficile de type 027 et l'accompagnement des établissements de santé pour la mise en oeuvre des mesures de contrôle. La capacité du système à détecter et contrôler rapidement des épidémies reste dépendante de l'adhésion des professionnels, d'un lien avec une capacité d'expertise microbiologique structurée et de la réactivité des structures de coordination et d'expertise. (R.A.)

Auteur : Thiolet JM, Poujol I, Bernet C, Carbonne A, Dumartin C, Raclot I, Senechal H, Bouraoui L, Coignard B
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2008, n°. 30-31, p. 265-8