Consommation des antibiotiques rapportée via les bilans standardisés de lutte contre les infections nosocomiales et relation avec l'ICATB

Publié le 1 Avril 2011
Mis à jour le 10 septembre 2019

Objectifs. - Décrire l'évolution de la consommation des antibiotiques entre 2006 et 2008 dans les établissements de santé (ES) francz ais et étudier ses relations avec la politique de bon usage des antibiotiques. Méthode.- Utilisation des bilans standardisés des activités de lutte contre les infections nosocomiales de 2006 à 2008(consommations des antibiotiques, politique de bon usage des antibiotiques des ES). Étude des tendances par analyse linéaire pour données corrélées avec intercept aléatoire sur l'ES, ajustant la consommation des antibiotiques sur le statut juridique et l'activité des ES. Résultats. - Après exclusion des ES non concernés par l'indicateur composite du bon usage des antibiotiques (ICATB)(7,2%),des valeurs nulles ou manquantes(21,2%) ou aberrantes(23,4%), l'analyse a porté sur 4 062 observations(48,2%). Entre 2006 et 2008, la consommation globale des antibiotiques était de 343 doses définies journalières (DDJ) pour 1000 journées d'hospitalisation (JH) et variait peu. Cependant, l'analyse multi variée montrait une augmentation de 5,7 DDJ/1000JH par an (p < 0,001) et il existait une association positive entre consommation des antibiotiques et score ICATB, en particulier ses sous-scores ICATB-action et ICATB-organisation. Conclusion. - L'absence de diminution des consommations antibiotiques hospitalières est cohérente avec les autres données nationales disponibles, mais l'exclusion d'une proportion importante des données limite la portée de cette analyse. Les relations entre politique de bon usage et consommation des antibiotiques restent difficiles à préciser, du fait d'un recul limité (trois ans)et de la nature composite de l'indicateur ICATB ne reflétant que partiellement la politique de bon usage des antibiotiques. (R.A.)

Auteur : Henard S, Rahib D, Leon L, Amadeo B, Dumartin C, Cavalie P, Coignard B
Médecine et maladies infectieuses, 2011, vol. 41, n°. 4, p. 197-205