Surveillance de la prise en charge de l'hépatite chronique C : analyse des données nationales du Programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI)

Publié le 24 Juillet 2012
Mis à jour le 9 septembre 2019

Objectif. Les objectifs de cet article sont : (1) de présenter et discuter les données du Programme de médicalisation des systèmes d'informations (PMSI) pour les hépatites chroniques C (HCC), et (2) d'évaluer la possibilité de créer une cohorte de patients à partir d'une hospitalisation initiale ; à cette fin, nous avons choisi d'étudier le suivi des transplantations hépatiques liées au virus C. Matériel et méthodes. Tous les séjours portant un code CIM-10 de HCC (B18.2) ont été extraits de la base nationale du PMSI 2009 et répartis en cinq groupes : HCC non compliquées (bilan/suivi), cirrhoses, cancers du foie, greffes de foie, non classables. Les comorbidités (maladies ou facteurs potentiellement associés au virus C) retenues ont été établies à partir des diagnostics associés significatifs. Tous les séjours ayant un code de transplantation hépatique et d'hépatite C en 2006 ont été chaînés au cours des trois années suivantes. Résultats. Parmi les 68 683 séjours ayant un code B18.2, 27 258 avaient un diagnostic -principal, relié ou associé- significatif de HCC, correspondant à 15 482 patients : 52% pour bilan/suivi, 33% pour cirrhose, 11% pour cancer du foie et 2% pour greffe (+2% non classables). Parmi ces 15 482 patients, 12% avaient une co-infection par le VIH, 17% ont eu une biopsie hépatique dont 77% dans le cadre d'un bilan/suivi ; 24,6% des patients hospitalisés pour bilan/suivi ont bénéficié d'une biopsie hépatique dans l'année. Deux cent douze (212) séjours pour greffe hépatique et hépatite C ont été identifiés en 2006 et 174 patients ont pu être suivis jusqu'au 31 décembre 2009, avec un taux de réhospitalisation pour complications de 61,5% et la survenue de 10 décès durant une hospitalisation. Conclusion. Cette première analyse apporte des données nouvelles sur le poids de l'hépatite C et de ses complications ; elle constitue un point de repère qui pourra contribuer à l'évaluation de la politique de prise en charge de cette maladie. La valorisation économique des séjours et des soins hospitaliers permettra également d'enrichir cette évaluation. Cette analyse montre l'intérêt de disposer d'études de validation complémentaires permettant d'utiliser le PMSI comme un outil additionnel de surveillance épidémiologique. (R.A.)

Auteur : Rotily M, Vainchtock A, Jouaneton B, Abergel A, Wartelle Bladou C
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2012, n°. 31-32, p. 365-9