Dépistage des hépatites B et C en France en 2013, enquête LaboHep.

Publié le 28 Juillet 2015
Mis à jour le 10 septembre 2019

Objectifs : estimer l'activité de dépistage de l'hépatite C (anticorps (Ac) anti-VHC) et de l'hépatite B (antigène (Ag)HBs) en 2013 dans les laboratoires d'analyses de biologie médicale (LABM), aux niveaux national et régional, et en suivre l'évolution par rapport à 2010. Méthodes : les données suivantes ont été collectées pour 2013 auprès d'un échantillon aléatoire de 1 504 LABM : le nombre de tests Ac anti-VHC et AgHBs réalisés, le nombre de tests confirmés positifs, le sexe et l'âge des personnes confirmées positives pour la première fois dans le laboratoire. Les estimations ont été réalisées en tenant compte du plan de sondage et après redressement sur l'activité des LABM. Résultats : le nombre de tests anti-VHC et AgHBs réalisés en France en 2013 est estimé respectivement à 3,6 millions [IC95%: 3,4-3,9] et 3,8 millions [IC95%: 3,5-4,0], en augmentation de 6% et 12% par rapport à 2010. Le taux de positivité est stable par rapport à 2010, estimé à 0,9% pour les anti-VHC et à 0,8% pour l'AgHBs en 2013. Ces indicateurs varient selon les régions. Les DROM (départements et régions d'outre-mer) se caractérisent, par rapport à la métropole, par une activité de dépistage plus importante pour les Ac anti-VHC (respectivement 79/1 000 habitants vs. 55/1 000 hab.) et pour l'AgHBs (89/1 000 hab. vs. 57/1 000 hab.) et un taux de positivité plus faible pour les Ac anti-VHC (0,3% vs. 0,9%), mais nettement plus élevé pour l'AgHBs à Mayotte (3,4%) ou en Guyane (1,5%) (vs. 0,8% en métropole). Conclusion : cette nouvelle édition de l'enquête LaboHep a mis en évidence une activité de dépistage élevée, en augmentation par rapport à 2010, ainsi que des disparités régionales marquées, notamment entre la métropole et les DROM.

Auteur : Pioche C, Leon L, Larsen C, Lot F, Pillonel J, Brouard C
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2015, n°. 26-27, p. 478-84