Perception des recommandations données pour le traitement du diabète et de la capacité à les mettre en oeuvre : différences entre le diabète de type 1 et de type 2.

Publié le 1 Janvier 2011
Mis à jour le 9 septembre 2019

Introduction - ENTRED éducation vise à décrire la qualité de vie et les besoins éducatifs des diabétiques en France. Matériels et méthodes - En 2007, parmi un échantillon aléatoire de 8 926 diabétiques traitées (bases CNAMT et RSI), 3 847 diabétiques de type 2-DT2 et 273 diabétiques de type 1-DT1 ont complété un auto-questionnaire postal sur l'information et la démarche éducative. Les réponses ont été pondérées en fonction des modalités d'échantillonnage et des caractéristiques des non-répondants. En moyenne, l'âge, la durée du diabète et le taux d'hémoglobine glyquée sont de 66 ans, 11 ans, 7,1 % dans le DT2, et 42 ans, 17 ans, 7,9 % dans le DT1. Résultats - 80 % des DT1 et DT2 se disent bien informées sur leur maladie. 40 % des DT1 ont bénéficié d'une démarche éducative dans l'année précédente, 17 % seulement des DT2, qui, à 43 % ne répondent pas à la question. 83 % des DT1 ont reçu des conseils alimentaires écrits, et 60 % seulement des DT2. Majoritairement DT1 (84 %) et DT2 (85 %) estiment les recommandations reçues pour le traitement comme acceptables, mais les DT1 les trouvent gênantes plus souvent (53 % contre 35 %). DT1 et DT2 se sentent capables de gérer, seules ou avec l'aide de leur entourage, le traitement (94 et 96 %). Les DT1 s'en sentent plus souvent capables pour la surveillance (92 et 78 %) et l'alimentation (88 et 77 %). La gestion de l'activité physique est difficile pour 20 % des DT1 et 22 % des DT2, dont 10 % déclarent ne pas avoir à en faire. 69 % des DT2 voient l'avenir avec confiance, et seulement 41 % des DT1. Conclusion - Cette étude montre que les diabétiques se considèrent bien informées. Des différences existent entre DT1 et DT2 dans la perception de la capacité à gérer les différents domaines du traitement, la perception de la contrainte et de l'avenir avec la maladie, qui sont plus négatives dans le DT1. Source : poster cité dans la revue "Diabetes & metabolism" dans le supplément 1, volume 37, numéro 1.

Congrès annuel de la Société francophone du diabète (SFD), Genève, 22-25 mars 2011

Auteur : Mosnier-pudar H., Gautier A., Charpentier G., Druet C., Fagot-campagna A., Fournier C.
Année de publication : 2011