Activité physique des personnes traitées pour diabète de type 2 vivant en France : Répartition par domaines et déterminants (ENTRED 2007-2010).

Publié le 1 Janvier 2012
Mis à jour le 5 juillet 2019

Objectif - Cette étude décrit l'activité physique (AP) d'adultes diabétiques de type 2 (DT2) car ses caractéristiques sont mal connues et n'ont jamais été décrites en France. Patients et méthodes - Nous avons administré par téléphone la version longue du "International Physical Activity Questionnaire" aux adultes DT2 de l'étude ENTRED 2007-2010 vivant en métropole ayant accepté d'être recontactés (n = 917, hommes 65 %, 62 ± 10 ans, IMC 29 ± 5 kg.m-2, HbA1c 7,1 ± 1,1 %). Nous avons recherché les caractéristiques sociodémographiques et cliniques associées à 3 catégories d'AP (1 : faible; 2 : 150 minutes hebdomadaires d'AP au moins modérée; 3 : élevée, 3 000 MET-min"sem-1 d'AP au moins modérée ou 1 500 MET-min"sem-1 d'AP intense). Résultats - L'AP médiane totale était de 2079 [Q1 = 892; Q3 = 3 915] MET-min"sem-1. L'AP était essentiellement domestique (630 [Q1 = 90; Q3 = 1 740] MET-min"sem-1) quels que soient l'âge, le sexe ou les complications cardiovasculaires, suivie par les loisirs (347 [Q1 = 0; Q3 = 1 028] MET-min"sem-1) puis les transports (198 [Q1 = 0; Q3 = 495] MET-min"sem-1). Les médianes et interquartiles de l'AP professionnelle valaient 0 car 65 % de la population n'avait pas d'emploi. Les catégories 1, 2 et 3 correspondaient à 16 %, 51 % et 33 % des participants. En analyse multivariée (référence catégorie 1), l'état de santé perçu comme "bon" était associé aux catégories 2 (OR = 1,70 [1,01-2,89]) et 3 (OR = 2,12 [1,18-3,83]); l'âge < 65 ans (OR = 2,28 [1,30-4,01]) et l'absence de complications cardiovasculaires (OR = 1,87 [1,01-3,47]) à la catégorie 3. Conclusion - Cette première description, où le domaine domestique est le contributeur majeur de l'AP totale des personnes DT2 vivant en France, souligne l'importance d'une évaluation détaillée de l'AP et de la promotion des AP de loisir. La perception de l'état de santé, fortement associée à l'AP, incite à rechercher les liens avec la qualité de vie pour déterminer les barrières à l'AP. Source : poster cité dans la revue "Diabetes & metabolism" dans le supplément 2, volume 38.

Congrès annuel de la Société francophone du diabète (SFD), Nice, 20-23 mars 2012

Auteur : Cloix L., Caille A., Fagot-campagna A., Helmer C., Fournier C., Oppert J.M., Lecomte P., Jacobi D.
Année de publication : 2012