Utilisation des données du Programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI) pour la surveillance des complications du diabète en France. Entred 2007

Publié le 1 Mars 2012
Mis à jour le 9 septembre 2019

Introduction. Ce travail vise à étudier la qualité du repérage du diagnostic du diabète au cours des séjours hospitaliers liés à ses complications, par croisement du PMSI avec des données d'enquête en population diabétique traitée. Méthodes. Pour l'enquête Entred 2007, 8926 adultes diabétiques remboursés d'au moins trois antidiabétiques entre août 2006 à juillet 2007 ont été tirés au sort dans les bases de l'assurance maladie. Les séjours hospitaliers ont été extraits du PMSI pour 7534 personnes (84 %) n'ayant pas refusé de participer à Entred et reconstitués sur août 2006 à juillet 2007. Selon le type de complications, les diagnostics ont été recherchés dans les diagnostics principaux, reliés et/ou associés, et le diabète dans l'ensemble des diagnostics. Résultats. Près d'un tiers des personnes diabétiques d'Entred (âge moyen 65 ans) ont été hospitalisées au moins une fois dans l'année. Cardiopathies (taux d'hospitalisation 30 patients dont insuffisance cardiaque 10 , cardiopathie ischémique 22 ), insuffisance rénale chronique (13 ) et cancer (22 ) représentaient les diagnostics les plus fréquents. Le diabète était mentionné dans 53 % des séjours hospitaliers et plus fréquemment lors des séjours pour plaie du pied (95 %), amputation du membre inférieur (94 %), accident vasculaire cérébral ou ischémique transitoire (79 %), cardiopathie ischémique (71 %) et insuffisance rénale chronique (42 %). Ces motifs représentaient 15 % de l'ensemble des séjours et comportaient un diagnostic de diabète dans 62 % des cas. Par ailleurs, le diabète était mentionné dans 78 % des séjours hospitaliers pour insuffisance cardiaque et 18 % pour cancer. Discussion et conclusion. Chez des personnes diabétiques traitées, le diabète n'apparaît pas, à tort, comme diagnostic dans 38 % des séjours hospitaliers mentionnant pourtant une complication du diabète, ce qui montre les limites du PMSI pour la surveillance épidémiologique de certaines complications. Le croisement de données d'enquête en population diabétique (Entred) avec celles du PMSI a alors un apport réel, par rapport aux seules données du PMSI. (R. A.)

3e congrès national conjoint ADELF-EMOIS, Dijon, 12-13 mars 2012

Auteur : Assogba FGA, Penfornis F, Detournay B, Druet C, Fagot Campagna A, Fosse S
Revue d'épidémiologie et de santé publique, 2012, vol. 60, n°. Suppl 1, p. S11