Dépistage organisé du cancer du sein - Évaluation épidémiologique. Données 2005

Publié le 1 December 2008
Mis à jour le 10 septembre 2019

La généralisation sur le territoire du programme national de dépistage du cancer du sein selon les modalités du cahier des charges français est effective depuis 2004 à l'exception de la Guyane qui a débuté à la mi-mai 2005. Pour 2005, les données de 98 départements sur 99 ont pu être analysées ce qui représente 1 871 497 femmes dépistées dans le cadre du dépistage organisé. Le taux de participation de l'année 2005 est de 44,8 %, contre 40,2 % en 2004. Les radiologues premiers lecteurs ont jugé anormales 10,1 % des mammographies et 42,5 % d'entre elles sont toujours jugées anormales après bilan, soit 4,3 % des femmes dépistées. Ce bilan immédiat a donc permis d'innocenter 57,5 % des images suspectes et d'éviter un rappel ultérieur. En cas de confirmation des anomalies, il permet une prise en charge immédiate. Les radiologues 2es lecteurs ont relu 95,2 % de toutes les mammographies et ont rappelé 1,6 % des femmes pour anomalie. Une mammographie de contrôle a été prescrite chez 3,6 % des femmes dépistées (mise sous surveillance). Des examens cytologiques ou histologiques ont été effectués chez 1,1 % d'entre elles. Pour les 0,7 % de femmes ayant eu une biopsie chirurgicale, 79,5 % ont identifié un cancer. Au total, 12 413 cancers ont été détectés contre 10 640 en 2004 à la même période, soit un taux de cancers de 6,7 pour mille qui est le même qu'en 2004. Le rapport met en évidence une amélioration de la conformité des modalités de réalisation du dépistage au cahier des charges national, une progression des indicateurs d'activité et de qualité du programme. Ces indicateurs sont globalement conformes aux recommandations européennes avec cependant des disparités encore importantes sur le territoire parmi lesquelles on peut citer le taux de mammographies positives en première lecture qui est supérieur à 15 % dans 13 départements ou les taux de biopsie qui varient entre 0,07 % et 1,58 % selon les départements. La qualité et la standardisation des informations transmises en vue de l'évaluation nationale sont en progression mais la complétude de certaines variables reste encore, dans certains départements, insuffisante. (R.A.)

Auteur : Gorza M, Salines E, Bloch J
Année de publication : 2008
Pages : 369 p.