Implication des médecins dans le programme de dépistage organisé du cancer colorectal en France

Publié le 1 Mars 2009
Mis à jour le 10 septembre 2019

Introduction En France, le dépistage par test de recherche de sang occulte dans les selles est recommandé, tous les deux ans, pour les personnes de 50 à 74 ans. En cas de test positif, une coloscopie est proposée. Un programme pilote de dépistage organisé existe depuis 2002 et, en 2009, le programme organisé sera généralisé à l'ensemble du territoire. Les résultats généraux et les lésions détectées dans le programme pilote sont présentés. Matériels et Méthodes Les données agrégées présentées sont issues des structures de gestion départementales chargées d'inviter la population, de recueillir les informations de suivi et de transmettre les données au niveau national. La campagne complète se déroule sur deux ans. Au 1er novembre 2007, 22 départements pilotes avaient clôturé leur première campagne d'invitation. Au moment de l'analyse des données, la deuxième campagne était achevée dans 11 départements. Résultats Le taux de participation était de 42 % en première campagne. Le pourcentage de tests Hémoccult® positifs était de 2,6 % (1ère campagne), 2,9 % quand, en deuxième campagne, les personnes réalisaient le test pour la première fois et 2,7 % pour la seconde fois. Le programme a montré que 12 mois après un test positif, tous les résultats de la coloscopie ne sont pas récupérés par les structures de gestion. Ces informations manquantes concernent 13 % des personnes ayant un test positif et correspondent aussi bien à des refus de coloscopie qu'à des patients perdus de vue à 12 mois ou encore à des coloscopies réalisées mais dont le résultat n'a pas été transmis. Parmi les 36 000 coloscopies effectuées, le nombre de complications de la coloscopie n'est pas disponible. En première campagne, un cancer a été détecté chez 3 289 personnes et au moins un adénome chez 10 884 personnes. Le taux d'adénomes détectés était de 7,8 ?, celui des adénomes de plus de 1 cm de 3,8 ? et le taux de cancer de 2,2 ?. Parmi les 2 504 cancers invasifs diagnostiqués 51 % étaient des cancers de stade I et II. Conclusion Les résultats sont en accord avec le référentiel pour une majorité d'indicateurs. Les points à améliorer sont le taux de participation et le taux de coloscopies en cas de test positif. La remontée d'information sur les suites données aux tests positifs est aussi un point à améliorer, pour lequel les gastro-entérologues jouent un rôle clé. Ceci concerne la réalisation même de la coloscopie, ses résultats mais aussi les éventuelles complications de celles-ci. Après la généralisation du programme, quinze millions de personnes en France seront alors invitées, tous les deux ans, environ 350 000 coloscopies seront réalisées.(R.A.)

Auteur : Goulard H
Gastroentérologie clinique et biologique, 2009, vol. 33, n°. S3, p. A30