Surveillance épidémiologique des donneurs de sang homologues et risque résiduel en France entre 2001 et 2003

Publié le 1 Juillet 2005
Mis à jour le 10 septembre 2019

La surveillance épidémiologique nationale des donneurs de sang est assurée par l'Institut de veille sanitaire (InVS) et le Centre national de référence (CNR) des hépatites B et C en transfusion (Institut national de la transfusion sanguine) en partenariat avec l'Établissement français du sang (EFS) et le Centre de transfusion des armées (CTSA). Cette surveillance a pour objectifs de suivre la prévalence et l'incidence des infections transmissibles par le sang, de repérer d'éventuels nouveaux facteurs de risque et d'évaluer le risque résiduel de transmission de ces infections par transfusion. Elle concourt également à l'évaluation de la sélection des donneurs et des politiques de prévention. L'analyse des données issues de la période 2001-2003 a permis de mettre en lumière différents éléments. Les prévalences sont stables : 0,60 pour 104 nouveaux donneurs pour le VIH, 8,0 pour 104 pour le VHC, 1,8 pour 104 pour l'Ag HBs et 0,56 pour 104 pour l'HTLV. L'incidence du VIH et du VHB (1,0 pour 105 personnes-années) est trois fois plus élevée que celle du VHC (0,35 pour 105 P-A) et 11 fois plus que celle de l'HTLV (0,09 pour 105 P-A). Le risque résiduel de transmettre une infection virale par transfusion est très faible : 1/3 150 000 dons pour le VIH, 1/10 000 000 pour le VHC et 1/640 000 dons pour le VHB. Enfin, le bénéfice du dépistage génomique viral est limité puisqu?il a permis d?écarter deux dons infectés par le VIH et trois dons par le VHC sur les 30 premiers mois.

Auteur : Pillonel J, Le Marrec N, Girault A, David D, Laperche S
Transfusion clinique et biologique, 2005, vol. 12, p. 239-46