Prévalence des virus des hépatites B et C, du VIH et de l'HTLV chez les candidats à une transfusion autologue programmée en France, 1993-2000

Publié le 1 December 2002
Mis à jour le 5 juillet 2019

La surveillance épidémiologique des candidats à une transfusion autologue a été mise en place en France en 1993. Le nombre de candidats a augmenté régulièrement entre 1993 et 1997 et a diminué ensuite, passant à moins de 50 000 en l'an 2000. Le sex-ratio est stable au cours du temps (0,85 homme pour 1 femme). La population des candidats à une transfusion autologue a tendance à vieillir : la proportion des moins de 50 ans est passée de 29 % en 1993 à 18 % en 2000 alors que celle des 70 ans et plus est passée de 22 à 34 % sur la même période. Les taux de prévalence ont diminué entre 1993 et 2000, d'un facteur de 2,5 pour l'Ag HBs et d'un facteur de 5 pour le VHC. Pour le VIH, une légère tendance à la diminution est observée et pour l'HTLV, le taux est stable au cours du temps. En 2000, le taux de prévalence du VHC (0,23 %) était 2 fois plus élevé que celui de l'Ag HBs (0,12 %), 15 fois plus élevé que celui de l'HTLV en France métropolitaine (0,015 %) et 100 fois plus élevé que celui du VIH (0,002 %). La prévalence est comparable chez les hommes et chez les femmes pour le VHC, environ 2 fois plus élevée chez les hommes que chez les femmes pour l'Ag HBs et 3 fois plus élevée pour le VIH. A contrario, pour l'HTLV, la prévalence est environ 2 fois plus élevée chez les femmes. Les taux de prévalence de l'Ag HBs et du VHC ont pu être aussi calculés par groupe d'âge : pour l'Ag HBs, les taux de prévalence augmentent jusqu'à 30-39 ans chez les femmes et 40-49 ans chez les hommes ; ensuite ils diminuent avec l'âge mais sont plus élevés chez les hommes que chez les femmes. Pour le VHC, alors que chez les femmes la prévalence augmente avec l'âge, chez les hommes elle atteint un pic dans le groupe d'âge 30-39 ans, puis elle diminue jusqu'au groupe d'âge 50-59 ans et se stabilise ensuite. Le risque devenu extrêmement faible de transmettre une infection virale par transfusion homologue de produits sanguins labiles et l'évolution des techniques de transfusion autologue semblent être les deux principaux facteurs ayant contribué à la diminution récente du nombre de candidats à une transfusion autologue. La diminution de la prévalence de l'Ag HBs et des Ac anti-VHC entre 1993 et 2000 est multifactorielle mais la chute importante observée pour le VHC est, en partie, le reflet d'une diminution de la prévalence dans la population générale au cours de ces dix dernières années.

Auteur : Pillonel J, David D, Pinget R, Laperche S
Transfusion clinique et biologique, 2002, vol. 9, n°. 5-6, p. 289-96