Valeur prédictive et sensibilité du programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI) par rapport aux registres des cancers : application au cancer de la thyroïde (1999-2000)

Publié le 1 Septembre 2006
Mis à jour le 5 juillet 2019

Position du problème : Les registres du cancer comptabilisent le nombre de nouveaux cas diagnostiqués parmi les résidents d'une zone géographique déterminée mais ne couvrent que 13 % de la population française. L'estimation de l'incidence au niveau national, à partir du rapport entre l'incidence et la mortalité observée dans les zones couvertes par un registre, et de la mortalité nationale est peu précise pour le cancer de la thyroïde. L'utilité d'une autre base de données nationale que la mortalité, telle que celle du programme de médicalisation des systèmes d'information, doit être envisagée mais nécessite d'estimer sa valeur prédictive et sa sensibilité. Méthodes : Sur la base d'une sélection des séjours associant un diagnostic de cancer de la thyroïde et un acte chirurgical sur la thyroïde, la valeur prédictive et la sensibilité du programme de médicalisation des systèmes d'information de 1999 et 2000 pour les cancers de la thyroïde ont été estimées par comparaison avec la base de données de 10 registres des cancers. La procédure de croisement des deux bases de données a été réalisée à partir de données nominatives transmises par les établissements concernés. À partir de la base de données des registres, les individus non enregistrés dans la sélection du programme de médicalisation des systèmes d'information ont été comparés à ceux enregistrés par le programme par une régression logistique. Résultats : Parmi les 973 personnes identifiées par le programme de médicalisation du système d'information, 866 correspondaient à des cas de cancer de la thyroïde diagnostiqués en 1999 ou 2000, soit des vrais positifs, et 107 à des faux positifs. La valeur prédictive positive était ainsi de 89 % (intervalle de confiance à 95 % : 87-91 %) et ne différait pas significativement selon les départements (p = 0,80). D'après la base de données des registres, 322 cas diagnostiqués en 1999 ou 2000 n'étaient pas sélectionnés par le programme de médicalisation des systèmes d'information. La sensibilité était ainsi de 73 % (70-76 %) et variait selon la catégorie d'établissement où l'acte chirurgical a été réalisé (p < 0,01) et selon les départements (p < 0,001). Conclusion : La valeur prédictive positive du programme de médicalisation des systèmes d'information de 1999 et 2000 pour l'identification des cancers incidents de la thyroïde est élevée et stable selon les départements. Par contre, sa sensibilité est moindre et variable selon la catégorie d'établissement et selon les départements, ce qui limite l'utilité de cette base de données pour l'estimation de l'incidence des cancers de la thyroïde en France. (R.A.)

Auteur : Carre N, Uhry Z, Velten M, Tretarre B, Schvartz C, Molinie F, Maarouf N, Langlois C, Kadi Hanifi AM, Grosclaude P, Colonna M
Revue d'épidémiologie et de santé publique, 2006, vol. 54, n°. 4, p. 367-76