Trajectoires de vie et prises de risques chez les femmes usagères de drogues

Publié le 1 Mars 2008
Mis à jour le 5 juillet 2019

En France, la population des usagers de drogues est majoritairement masculine. Parmi ceux-ci, les profils et les pratiques des femmmes sont mal connus. Entre 2004 et 2007, l'enquête Anrs-Coquelicot, alliant épidémiologie et socio-anthropologie, a permis de décrire les profils des usagers des drogues et d'analyser les situations à risque vis-à-vis du VIH et du VHC, en prenant en compte la problèmatique du genre. Les entretiens montrent que les femmes ont fréquemment connu des événements marquants durant l'enfance et l'adolescence (violences). C'est généralement dans ce contexte qu'elles s'initient aux drogues par le biais de rencontres amoureuses. Elles adoptent globalement plus de comportements à risque que les hommes et ont davantage recours à la prostitution. Ainsi, ces femmes ont des trajectoires encore plus chaotiques que celles des hommes. Elles sont confrontées à une double fragilité vis-à-vis du VIH et du VHC liée au contexte de leur consommation de drogues et de leur sexualité.

Auteur : Jauffret Roustide M, Oudaya L, Rondy M, Kudjawu Y, Le Strat Y, Couturier E, Emmanuelli J, Desenclos JC
Médecine sciences, 2008, vol. 24, n°. HS 2, p. 111-21