Surveillance des accidents avec exposition au sang dans les établissements de santé français en 2009. Résultats

Publié le 1 Mars 2012
Mis à jour le 5 juillet 2019

Sous l'égide du Réseau d'alerte, d'investigation et de surveillance des infections nosocomiales (Raisin) et avec le Groupe d'étude sur le risque d'exposition des soignants aux agents infectieux (Geres), les méthodes de surveillance des accidents exposant au sang (AES) font l'objet d'un consensus et d'un réseau national depuis 2002. Tout AES déclaré au médecin du travail entre le 1er janvier et le 31 décembre 2009 est documenté de manière volontaire, anonyme et standardisée. En 2009, 16 472 AES ont été documentés dont 60 % notifiés par les personnels paramédicaux et 80 % sont des accidents percutanés, essentiellement par piqûre. L'observance du port du gant s'améliore (70 % en 2009) mais pas la proximité du collecteur qui reste stable autour de 70 %, résultats confirmés au sein de la cohorte stable entre 2006 et 2009. En 2009, le respect des précautions standard a fait défaut dans 45,2 % des AES percutanés (N=5 940), responsable d'un nombre encore élevé d'accidents évitables. Le statut sérologique du patient source demeure une fois sur cinq inconnu. Pour autant, la tendance qui se dégage de la cohorte stable est en faveur de l'amélioration de la documentation du statut sérologique du patient source. Une prophylaxie antirétrovirale a été prescrite à 4,8 % des professionnels, en légère augmentation par rapport à 2008. La couverture nationale du réseau en 2009 (26,2 % des établissements de santé et 51,6 % des lits d'hospitalisation) progresse depuis 2002. L'incidence est de 7,3 AES pour 100 lits d'hospitalisation. Sur la base des 434 809 lits d'hospitalisation recensés en France (données SAE 2008), nous estimons à 31 741AES auraient été déclarés en 2009 aux médecins du travail des établissements de santé français. En mettant ce résultat en perspective avec les données 2004 du même réseau (incidence de 8,9 % et 41 429 AES estimés) cela représente une baisse d'environ 9 688 AES. Même si l'estimation est empirique, cela laisse à penser que des progrès importants en termes de sécurité des soins ont été consentis. Poursuivre et accentuer cette dynamique est l'objectif du programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-2013 des infections nosocomiales. (R.A)

Auteur : Ali Brandemeyer O, Floret N, Réseau d'alerte d'investigation et de surveillance des infections nosocomiales (RAISIN)
Année de publication : 2012
Pages : 109 p.