Santé publique France préconise d'interdire la publicité en direction des enfants et ados pour les produits alimentaires de faible qualité nutritionnelle.

Publié le 27 Octobre 2020
Mis à jour le 28 octobre 2020

La consommation excessive de boissons sucrées et d'aliments ultratransformés contribue au développement de l'obésité et est susceptible de produire des désordres métaboliques favorisant de futures maladies (insulinorésistance, diabète de type 2, maladies cardio- vasculaires, cancers, etc.). La publicité pour ces produits alimentaires auprès des enfants et des adolescents favorise leur consommation et va donc ainsi à l'encontre de cet enjeu crucial de santé publique. Santé publique France a publié en juin 2020 une étude sur l'exposition des enfants et des adolescents à la publicité sur les produits gras, sucrés, salés via la télévision et Internet, et formule des recommandations pour limiter cette exposition. Résultat majeur et mesuré pour la première fois en France : les publicités vues à la télévision par les enfants et les adolescents sont majoritairement des publicités pour des produits de plus faible qualité nutritionnelle. Santé publique France préconise notamment d'interdire la publicité - pour ces produits de faible qualité nutritionnelle - pendant les tranches horaires où le plus grand nombre de mineurs regardent la télévision.

Auteur : Escalon Hélène, Serry Anne-Juliette
La Santé en action, 2020, n°. 453, p. 49-52