Santé mentale et participation sociale chez les étudiants français: quelles données nationales pour quelles actions de prévention?

Publié le 1 Octobre 2013
Mis à jour le 5 juillet 2019

La santé mentale des étudiants constitue un enjeu important de santé publique, notamment pour les étudiants isolés. La prévalence observée de détresse psychologique (relevant du spectre anxio-dépressif) et de risque suicidaire a été largement recensée dans la littérature scientifique, de nombreux articles ayant mis en évidence qu'une large proportion d'étudiants présentait de fréquents épisodes de détresse psychologique au cours de leurs études (25,7 % dans une étude de cohorte récente, en France). Ces épisodes de détresse ont également été associés avec un accroissement du risque de gestes auto-agressifs, et une augmentation du risque de consommation de substances psychoactives. Les étudiants présentant une détresse psychologique sont enfin plus à risque d'échouer d'un point de vue académique. Les facteurs de risques identifiés portent essentiellement sur des facteurs individuels (personnalité, historique psychiatrique, sexe - les femmes étant plus à risque - précarité, événements de vie notamment). La place du soutien social et de la participation sociale a été étudiée de manière moins fréquente, mais les résultats suggérant une association négative de ces deux facteurs avec les idéations suicidaires et la détresse psychologique ouvrent un champ de recherche prometteur. Nous présenterons les résultats d'une recherche récente ayant étudié les facteurs individuels, sociaux et communautaires associés à une évaluation de la santé mentale dans un échantillon représentatif national de 4075 étudiants, extrait des données du Baromètre Santé 2010 réalisé par l'INPES. Le MH-5 a été utilisé comme mesure de la santé mentale. Les résultats mettent en évidence que les scores au MH-5 sont élevés dans la population étudiée (témoignant d'un niveau élevé de santé mentale). Deux modèles de régression linéaires sont proposés pour rendre compte des facteurs associés à de plus faible scores au MH-5. La place de la participation sociale, particulièrement associée au score de santé mentale, sera plus spécifiquement discutée. Source : poster cité dans la "Revue d'épidémiologie et de santé publique" dans le supplément 4, numéro 61.

Congrès International ADELF-SFSP "Santé publique et prévention", Bordeaux, 17-19 octobre 2013

Auteur : Saias T., Du roscoat E., Veron L., Guignard R., Richard J.B., Sauvade F., Beck F.
Année de publication : 2013