Représentations et comportements de prévention des arboviroses en France métropolitaine : Baromètre santé 2016

Publié le 10 Juillet 2018
Mis à jour le 5 juillet 2019

Le risque d'être exposé à la dengue et au chikungunya en France métropolitaine est croissant, en lien notamment avec la propagation du moustique Aedes albopictus dans les zones tempérées. Il n'existe ni traitement curatif, ni vaccin pour prévenir ces infections. La lutte anti-vectorielle (LAV) est le seul dispositif de prévention disponible pour protéger la population contre ce risque émergent. Les comportements jouent un rôle important dans la dissémination des maladies infectieuses. Des programmes de prévention qui s'appuient sur l'étude des représentations, connaissances et pratiques sont donc nécessaires. Des questions sur les arboviroses ont été posées dans le Baromètre santé 2016, avec pour objectifs de faire un état des lieux des représentations et comportements de prévention vis-à-vis de ces infections en France métropolitaine afin d'identifier des leviers d'action permettant d'améliorer la LAV. Dans ce cadre, 3 694 personnes vivant dans les départements où Ae. albopictus était implanté à cette époque ont été interrogées de janvier à août 2016. Les résultats indiquent que les comportements de prévention dépendaient de la gêne ressentie vis-à-vis des moustiques, du sentiment d'exposition à la dengue et au chikungunya et du sentiment d'être informé sur ces maladies. La lutte contre la nuisance, l'acquisition de connaissances sur les arboviroses et l'appréciation du risque lié à ces maladies sont des éléments qui semblent utiles à l'adoption de comportements de prévention adéquats face à ces risques.

Auteur : Molho Sonia, Gautier Arnaud, Paty Marie-Claire, Jestin Christine
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2018, n°. 24, p. 510-517