Pour éduquer, il faut autoriser avant d'interdire .

Publié le 1 Janvier 2009
Mis à jour le 5 juillet 2019

Entretien avec Daniel Marcelli, pédopsychiatre, chef de service de psychiatrie infanto-juvénile du CHU Henri-Laborit de Poitiers. Doit-on signifier des interdits aux adolescents ? Comment les accompagner dans la prise en charge d'une pathologie chronique ? Comment les amener à prendre soin de leur santé, au mieux ? Daniel Marcelli est pédopsychiatre, confronté à des adolescents qui viennent se faire soigner dans le service de psychiatrie infanto-juvénile du CHU de Poitiers. Par le biais de de sa pratique, il pose des jalons pour les professionnels qui ont à prendre en charge des adolescents. S'en dégage un équilibre fragile entre écoute et autorité et pas autoritarisme tant dans le soin que dans l'éducation, l'accompagnement.

Auteur : Dangaix Denis, Marcelli Daniel
La Santé de l'homme, 2009, n°. 399, p. 6-7