Pertinence et faisabilité d'une étude épidémiologique ou d'une campagne d'imprégnation : Cas d'une pollution à des solvants chlorés dans le collège Saint-Exupéry et la crèche Liberté Vincennes (Val-de-Marne)

Publié le 4 Juillet 2019
Mis à jour le 11 juillet 2019

Dans le cadre d'un projet de réhabilitation du collège Saint-Exupéry de Vincennes, des études préparatoires menées en 2017 ont conduit à une analyse de la qualité de l'air ambiant du collège et de la crèche Liberté, contiguë, analyse qui a mis en évidence une pollution au tricholoréthylène (TCE) et au perchloroéthylène (PCE). Les niveaux identifiés pour ces deux polluants dépassaient alors en de nombreux points de prélèvement les valeurs de gestion proposées par le Haut Conseil de santé publique (HCSP), notamment les Valeurs d'action rapide (VAR) pour le TCE. Cette pollution était en lien probable avec l'activité passée d'une ancienne fabrique d'oeillets métalliques implantée sur le site jusqu'à la fin des années 1960. La découverte de cette pollution a conduit les gestionnaires des établissements concernés à fermer le collège Saint-Exupéry et la crèche Liberté fin novembre 2017. Les enfants des deux établissements ont été transférés dans d'autres établissements équivalents du secteur. Parallèlement, Santé publique France a été saisie en novembre 2017 par l'ARS Île-de-France pour étudier la pertinence et la faisabilité d'une étude épidémiologique et/ou d'une campagne d'imprégnation chez les enfants et les salariés ayant été exposés dans ces établissements. L'analyse des pièces mises à disposition de Santé publique France montrait, concernant l'opportunité de mettre en place une étude épidémiologique visant à caractériser l'impact sanitaire de cette exposition passée, que cette étude n'apparaissait ni pertinente, ni faisable. En effet, concernant la pertinence, une telle étude épidémiologique n'apportait aucun bénéfice individuel ou collectif, notamment en termes de prise en charge médicale ou de reconnaissance du préjudice subi. Par ailleurs, les mesures de gestion ayant déjà été prises pour faire cesser l'exposition, les résultats d'une étude épidémiologique ne pouvaient pas être utilisés pour orienter les décisions. En matière de faisabilité, une telle étude se heurtait à des difficultés méthodologiques majeures (impossibilité de quantifier précisément l'exposition et de dater le début de la pollution, difficulté à reconstituer la cohorte des personnes exposées depuis le début des années 1970) et surtout, le nombre nécessaire de sujets à inclure dans une telle étude pour observer l'impact sanitaire de cette pollution était insuffisant par rapport à la population ayant été exposée. Concernant la réalisation d'une campagne d'imprégnation des populations ayant fréquenté ces établissements, la durée de demi-vie des biomarqueurs d'exposition pour le TCE et le PCE ne dépassant pas quelques jours, ce dosage ne présentait plus d'intérêt alors que le collège Saint-Exupéry et la crèche Liberté étaient fermés depuis plusieurs semaines.

Auteur : Bassi Clément, Kairo Cécile, Lapostolle Annabelle, Fillol Clémence, Bidondo Marie-Laure, Bonaldi Christophe, Lepoutre Agnès, Verrier Agnès
Année de publication : 2019
Pages : 64 p.