Mortalité maternelle chez les femmes en situation de précarité. Résultats de l'ENCMM, France 2010-2012

Publié le 1 December 2017
Mis à jour le 5 juillet 2019

Le thème de la précarité est nouveau pour l'ENCMM. Face à l'augmentation perçue du nombre de décès maternels pouvant avoir un lien avec une situation de précarité, nous avons cherché à appréhender les principales dimensions pouvant contribuer à une mort maternelle dans ce contexte, afin d'en proposer une définition. La sélection des cas faite a posteriori est majoritairement fondée sur un jugement qualitatif. Entre 2010 et 2012, parmi les dossiers expertisés par le CNEMM, un ou plusieurs éléments relevant de la vulnérabilité sociale ont été identifiés dans 8,6 % des cas (18 décès). Les critères directs retenus ont été les notions de " précarité " ou de " difficultés sociales ", de difficultés d'hébergement, de barrière linguistique et d'isolement. L'absence de suivi de la grossesse a été retenue comme marqueur indirect. Nous avons exclu les cas où prédominaient une pathologie psychiatrique et/ou une ou des addictions. Sur les 18 dossiers repérés avec facteurs de précarité, le décès a été considéré comme " inévitable " dans 2 cas (11 %), " certainement évitable " ou " peut-être évitable " dans 13 cas (72 %). Dans 3 cas (17 %), l'évitabilité n'a pu être déterminée. L'évitabilité est en rapport avec le contenu et l'adéquation des soins (11 cas sur 13, 85 %) et avec l'interaction de la patiente avec le système de soins dans 10 cas sur 18 (56 %). L'analyse des cas de décès maternels chez des femmes en situation de précarité permet de rappeler que le lien entre la précarité socioéconomique et les mauvais résultats de santé maternelle inclut potentiellement un risque spécifique de décès maternel.

Auteur : Tessier V, Leroux S, Guseva Canu I
Gynecologie, obstetrique, fertilite & senologie, 2017, vol. 45, n°. 12, p. 84-88