Les interventions efficaces en direction des jeunes.

Publié le 3 Mars 2015
Mis à jour le 5 juillet 2019

Depuis les années 1960, la tendance globale des niveaux de consommation d'alcool, estimée à partir des données de vente, est à la baisse (OFDT). Si les données de consommation issues du Baromètre santé de l'Inpes confirment cette tendance au cours des dernières années, certains comportements d'alcoolisation des jeunes, comme les alcoolisations ponctuelles importantes (soit 6 verres ou plus en une même occasion) ou les ivresses, s'intensifient au sein de certains groupes. La question de l'alcoolisation des jeunes est ainsi depuis plusieurs années au coeur des préoccupations des acteurs de la prévention. Pour y répondre et proposer des pistes d'action, en 2012, l'Inpes a réalisé une synthèse de dix synthèses de littérature produites par des organismes reconnus (Cochrane, NICE) ou publiées dans des revues dont le facteur d'impact était supérieur à 3 - parues entre 2007 et 2012. Les interventions présentées comme efficaces, selon les auteurs de ces synthèses, ont été classées selon quatre critères : l'âge des bénéficiaires, le type de prévention (universelle ou ciblée), le caractère validé ou prometteur de l'intervention et le niveau de l'intervention - c'est-à-dire qu'une distinction est faite entre les actions qui s'adressent directement aux individus et celles qui touchent à leur environnement, donc qui influent sur l'offre d'alcool. Cette synthèse a permis d'identifier vingt-sept interventions de prévention pouvant avoir un impact sur la consommation d'alcool des jeunes dont dix-sept sont considérées comme validées [39]. Une intervention est considérée comme " validée/prometteuse " lorsque son efficacité est reconnue/pressentie par au moins un des documents. L'objet du présent article est de présenter ces résultats de façon synthétique.[extrait de l'article]

Auteur : COGORDAN Chloé, Richard Jean-Baptiste, NGUYEN-THANH Viêt
Actualité et dossier en santé publique, 2015, n°. 90, p. 37-42