Les chauffeurs ont mal au dos, comment les protéger ?

Publié le 1 Juin 2019
Mis à jour le 5 juillet 2019

À partir des données du programme de surveillance des maladies à caractère professionnel sur la période 2007-2012, les auteurs ont comparé la fréquence des troubles musculosquelettiques (TMS) liés au travail chez les chauffeurs par rapport à d'autres catégories socioprofessionnelles proches. De 2007 à 2012, on observe une diminution des TMS du rachis lombaire, qui pourrait être attribuée aux mesures de prévention de l'exposition aux vibrations du corps entier. Mais on recense autant de TMS du rachis cervico-dorsal, ceux-ci étant plus souvent liés aux contraintes posturales qu'aux vibrations. Le risque d'atteinte du rachis cervico-dorsal est plus élevé dans le groupe des chauffeurs hommes par rapport aux autres catégories professionnelles : il faut donc limiter les contraintes posturales liées à la conduite ou aux autres tâches exécutées.

Auteur : Rivière Stéphanie, Chatelot Juliette
Concours médical, 2019, vol. 141, p. 2-4