Le syndrome d'apnées du sommeil en France : un syndrome fréquent et sous-diagnostiqué.

Publié le 20 Novembre 2012
Mis à jour le 3 septembre 2019

Objectifs. Estimer la prévalence des symptômes évocateurs de syndrome d'apnées-hypopnées du sommeil (SE-SAHOS) et l'importance du sous-diagnostic du SAHOS chez les adultes en France. Estimer l'évolution, entre 2006 et 2011, du nombre de personnes traitées pour SAHOS en France. Méthodes. Les données de deux enquêtes déclaratives (Enquête santé et protection sociale (ESPS) 2008 en population générale et Entred 2007 (Échantillon national témoin représentatif des personnes diabétiques) chez les diabétiques ont été utilisées. Les SE-SAHOS ont été définis par des ronflements fréquents associés à une somnolence diurne excessive ou à des apnées constatées par l'entourage. Les taux annuels bruts et les taux standardisés sur l'âge de personnes traitées par pression positive continue (PPC) ont été calculés de 2006 à 2011 à partir des données de l'échantillon généraliste des bénéficiaires (EGB) de l'assurance maladie. Résultats. En population générale, 4,9% des personnes ont déclaré avoir des SE-SAHOS et 2,4% un SAHOS diagnostiqué. Parmi les personnes avec SE-SAHOS, 15% avaient déjà bénéficié d'un enregistrement du sommeil. Chez les diabétiques de type 2, la prévalence des SE-SAHOS était de 16%, et 28% des personnes symptomatiques avaient déjà eu un enregistrement du sommeil. Le taux annuel standardisé de personnes traitées par PPC a augmenté entre 2006 et 2011 (+15% par an). En 2011, 0,9% des adultes bénéficiaires du régime général de l'assurance maladie étaient traités par PPC. (R.A.)

Auteur : Fuhrman C, Nguyen XL, Fleury B, Boussac Zarebska M, Druet C, Delmas MC
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2012, n°. 44-45, p. 510-4