La gale en France entre 1999 et 2010 : augmentation de l'incidence et implications en santé publique

Publié le 1 Juin 2012
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction - La gale est une parasitose contagieuse le plus souvent bénigne, pour laquelle des retards au diagnostic et au traitement peuvent engendrer de nombreuses difficultés pour les patients et leur entourage, ainsi qu'un risque de diffusion secondaire. À la suite de nombreux signaux suggérant une recrudescence de la gale en France, nous avons analysé différents indicateurs disponibles. Méthode - Les signalements spontanés ou obligatoires aux structures de santé publique et les chiffres de vente des traitements de gale ont été examinés pour la période allant de 1999 à 2010 en France. Résultats - Les signalements aux structures de santé publique suggèrent une augmentation du nombre de cas de gale en communauté et dans les établissements de santé. Les ventes régionales et nationales de scabicides ont augmenté. À l'échelle nationale, entre 2005 et 2009, ces ventes sont passées de 283 à 402 flacons pour 100 000 personnes par an (+10 % par an) pour le benzoate de benzyle et de 216 à 495 traitements pour 100 000 personnes par an (+22 %) pour l'ivermectine. Ces données permettent d'estimer l'incidence en France à un minimum de 328 cas de gale pour 100 000 personnes par an. Discussion - L'interprétation des données est discutée, notamment les biais liés aux pratiques de signalement et aux modalités de traitement des cas et de leur entourage. Néanmoins, l'ensemble des informations recueillies indique une réelle augmentation de l'incidence de la gale en France. Ce constat nous conduit à recommander une sensibilisation renforcée du public, des cliniciens et partenaires de santé publique, afin d'assurer un diagnostic et un traitement précoces.

Auteur : Bitar D, Thiolet JM, Haeghebaert S, Castor C, Poujol I, Coignard B, Che D
Annales de Dermatologie et de Vénéréologie, 2012, vol. 139, n°. 6-7, p. 428-34