Infections à mycobactéries atypiques liées à des soins esthétiques en France, 2001-2010

Publié le 1 Juillet 2011
Mis à jour le 5 juillet 2019

Les infections à mycobactéries atypiques (MA) surviennent généralement chez des patients immunodéprimés, mais elles sont également observées chez des patients immunocompétents, secondairement à des soins invasifs, notamment à visée esthétique. Depuis 2001, 20 signalements (57 cas) d'infections à MA, dont sept (43 cas) étaient liés à des soins esthétiques, ont été reçus par les centres de coordination de la lutte contre les infections nosocomiales (CClin), les directions départementales des affaires sanitaires et sociales (Ddass) et l'institut de veille sanitaire. Des procédures non chirurgicales, réalisées en ville, étaient en cause dans quatre signalements (40 cas) : mésothérapie, carboxythérapie et scléroses de microvaricosités. Les trois autres signalements (trois cas) concernaient des actes chirurgicaux - lifting et pose de prothèse mammaire. Des évaluations de pratique, réalisées par les CClin et les Ddass pour cinq signalements, ont montré le non-respect des précautions standard et un usage inapproprié de l'eau du robinet pour le nettoyage des appareils d'injection ou la désinfection de la peau. Les investigations microbiologiques (centre national de référence) ont permis d'identifier et de comparer les souches des patients et de l'environnement : dans un signalement (16 cas après mésothérapie), la souche de M. chelonae isolée de l'eau du robinet était similaire à celles isolées chez 11 cas. Les infections à MA associées aux soins sont rares mais parfois graves. Ces cas montrent l'intérêt du signalement des infections associées aux soins et aux pratiques invasives en médecine libérale.(R.A.)

Auteur : Couderc C, Carbonne A, Thiolet JM, Brossier F, Savey A, Bernet C, Lecadet Morin C, Coudiere I, Aggoune M, Astagneau P, Coignard B, Cambau E
Médecine et maladies infectieuses, 2011, vol. 41, n°. 7, p. 379-83