Health effects of occupational exposure to uranium: do physicochemical properties matter?

Publié le 1 Novembre 2014
Mis à jour le 5 juillet 2019

Purpose : physicochemical properties of uranium, including isotopic composition and solubility, are determinants of its toxicity. We reviewed epidemiological studies in civilian and military workers known to be exposed to uranium with diff erent physicochemical properties to investigate its long-term effects, such as cancerous and circulatory diseases. Materials and methods : we systematically searched the Pubmed and the Scopus databases to identify studies of uraniumprocessing workers (published between 1980 and 2013)and veterans of the wars in the Persian Gulf and the Balkans (published between 1991 and 2013) in which defined outcomes, such as lung, lymphohematopoietic, kidney cancers, and circulatory diseases were examined. Results from these studies in terms of risk of each health outcome (mortality or incidence)and analyses of dose-response relationship were examined to present the impact of uranium physicochemical properties on the observed results. Results : twenty-seven articles were reviewed. There is some evidence for increased lung cancer risk among uranium-processing workers. The evidence is less strong for lymphohematopoietic cancer. We found that most of the studies insufficiently assessed the physicochemical properties of uranium and some of them used proxies for the exposure assessment and risk estimation analyses. Studies of veterans of the wars in the Persian Gulf and the Balkans are uninformative in respect to internal uranium exposure. Conclusions : existing epidemiological data on the physicochemical properties of uranium and associated health outcomes are inconclusive. Further studies among certain groups of uranium-processing workers (uranium-enrichment and fuelfabrication workers) could contribute to our knowledge of the health effects of uranium with respect to its physicochemical properties. (R.A.) Traduction du résumé Les propriétés physico-chimiques de l'uranium, y compris la composition isotopique et la solubilité, sont des facteurs déterminants de sa toxicité. Nous avons examiné des études épidémiologiques menées auprès de travailleurs civils et militaires dont on sait qu'ils sont exposés à de l'uranium avec des propriétés physico-chimiques différentes pour rechercher ses effets à long terme, telles que les maladies cancéreuses et circulatoires. Nous avons systématiquement utilisé les bases de données Pubmed et Scopus pour identifier les études portant sur les travailleurs des usines de traitement de l'uranium (publiées entre 1980 et 2013) et sur les anciens combattants des guerres du Golfe persique et des Balkans (publiées entre 1991 et 2013) dans lesquelles étaient examinés des résultats définis tels que les cancers lymphohématopoïétiques, les cancers du poumon, les cancers du rein et les maladies circulatoires. Les conclusions de ces études en termes de risque pour chaque résultat de santé (mortalité ou incidence) et les analyses de la relation dose-réponse ont été examinées pour présenter l'impact des propriétés physico-chimiques de l'uranium sur les résultats observés. Vingt-sept articles ont été examinés. Des éléments probants suggèrent que les travailleurs des usines de traitement de l'uranium sont exposés à un risque accru de cancer du poumon. En revanche, les preuves sont plus rares pour les cancers lymphohématopoïétiques. Nous avons constaté que dans la majorité des études, les propriétés physico-chimiques de l'uranium n'étaient pas suffisamment étudiées et que dans certaines, des indicateurs étaient utilisées dans les analyses d'évaluation de l'exposition et d'estimation des risques. Les études sur les anciens combattants des guerres du Golfe persique et des Balkans apportent peu d'informations sur l'exposition interne à l'uranium. Les données épidémiologiques existantes sur les propriétés physico-chimiques de l'uranium et les résultats sur la santé ne sont pas concluants. D'autres études menées dans certains groupes de travailleurs des usines de traitement de l'uranium (travailleurs dans l'enrichissement de l'uranium et la fabrication de combustible) pourraient contribuer à élargir nos connaissances sur l'impact de l'uranium sur la santé à l'égard de ses propriétés physico-chimiques. (Traduction effectuée par la Cellule de Valorisation Editoriale - CeVE - de l'InVS)

Auteur : Zhivin S, Laurier D, Guseva Canu I
International Journal of Radiation Biology, 2014, vol. 90, p. 1104-13