Harmonisation of the acute respiratory infection reporting system in the Czech Republic with the European community networks

Publié le 1 Janvier 2005
Mis à jour le 5 juillet 2019

En Europe, l'activité des virus respiratoires est détectée chaque hiver, bien que le début et l'ampleur de cette activité soient pratiquement imprévisibles. L'impact de l'infection grippale et/ou des infections respiratoires aiguës dans les pays européens fait l'objet d'une surveillance en continu par plusieurs systèmes de surveillance. Toutes ces sources d'informations sont utilisées pour évaluer la nature et l'étendue de l'activité grippale et des autres virus respiratoires, et proposer des recommandations sur la prévention et le contrôle de la morbidité et la mortalité dues à la grippe tant au niveau local que national et international. Le système d'alerte précoce pour une épidémie de grippe est basé essentiellement sur l'utilisation d'une série de seuils. En République Tchèque, le système de notification des infections respiratoires aiguës (IRA), avec un traitement automatisé des données, utilise un modèle statistique pour la détection précoce des taux anormalement élevés des indicateurs suivis. Sont recueillies les données sur le nombre d'IRA, le nombre de complications dues à ces infections et la population enregistrée via les notifications des médecins généralistes et des pédiatres, l'ensemble de ces données étant recueillies séparément selon cinq groupes d'âge. Pour améliorer le système de notification en République Tchèque, depuis janvier 2004, les données cliniques sur l'incidence hebdomadaire des syndromes grippaux (SG) sont recueillies au sein de cette même population et par tranches d'âge. Ces données répondent à la définition de cas de SG récemment adoptée par la Commission Européenne, permettant une comparaison avec d'autres pays européens, en particulier ceux participant au réseau EISS (European Influenza Surveillance Scheme). (R.A.)

Auteur : Kyncl J, Paget WJ, Havlickova M, Kriz B
Eurosurveillance. European communicable disease quarterly, 2005, vol. 10, n°. 1-3, p. 30-3