Facteurs organisationnels et psychosociaux associés aux contraintes posturales en milieu professionnel. Résultats à partir de l'enquête Sumer 2010

Publié le 22 Mai 2018
Mis à jour le 5 juillet 2019

Contexte : parmi les contraintes biomécaniques associées aux troubles musculo-squelettiques (TMS), les contraintes posturales (CP) font partie des plus fréquemment observées chez les travailleurs. L'objectif de cette étude était d'évaluer les associations entre l'exposition à des facteurs organisationnels et psychosociaux et celle à au moins une CP e10 h par semaine dans la population salariée française. Méthodes : cette étude s'appuie sur les données de l'enquête Sumer 2010. Les caractéristiques socioprofessionnelles et organisationnelles étaient renseignées par le médecin du travail et les facteurs psychosociaux par le salarié lui-même à l'aide d'un auto-questionnaire. Les associations entre les facteurs organisationnels et psychosociaux et l'exposition à une CP ont été explorées à l'aide de régressions logistiques. Résultats : l'exposition à au moins une CP e10 h par semaine était relevée chez 14% des hommes et 12% des femmes. Les contraintes industrielles, les normes de production ainsi que le manque de flexibilité, la surveillance hiérarchique et la polyvalence des postes de travail étaient positivement associées à l'exposition à une CP, quel que soit le genre. De même, un environnement psychosocial délétère (faible soutien social, faibles utilisation et développement des compétences et forte demande psychologique) était associé à un risque accru d'exposition à une CP. Conclusion : ces résultats suggèrent la nécessité de prendre en compte les dimensions organisationnelles et psychosociales, au-delà des facteurs biomécaniques et socioprofessionnels, dans la prévention des TMS en milieu professionnel.

Auteur : Bertin Mélanie, Fouquet Natacha, Léonard Martine, Chazelle Émilie, Roquelaure Yves
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2018, n°. 12-13, p. 228-233