Estimates of home and leisure injuries treated in emergency departments in the adult population living in metropolitan France: a model-assisted approach

Publié le 4 Février 2014
Mis à jour le 5 juillet 2019

BACKGROUND: home and leisure injuries (HLIs) are currently a major public health concern, because of their frequency, associated consequences, and considerable medical costs. As in many other countries in Europe, in France the population coverage of the surveillance system of HLIs is low. In this study, a model-assisted approach is developed to estimate the incidence rates of HLIs in adults treated in emergency departments (EDs) in metropolitan France between 2004 and 2008. METHODS: using a sample of the hospitals participating in the French ED-based surveillance system, a generalized linear mixed model was applied, which describes the relationship between the numbers of ED visits for HLIs and the sex and age of the patients on the basis of the number of injury-related stays recorded by the hospitals. Statistics on hospital stays were provided by the French hospital discharge databases in the participating hospitals. The same statistics were available at the national level, which made it possible to extrapolate national incidence estimates. RESULTS: over the 2004-2008 period, the estimated incidence rate of HLIs age-standardized on the European population aged 15 years and over was 48.7 per 1,000 person-years (95% confidence interval: 39.4-58.0), and displayed little variability over time. This rate corresponded to an average of 2.5 million emergency hospital visits each year due to an HLI in people aged over 15 in France. CONCLUSIONS: the method made it possible to use medico-administrative datasets available nationwide to provide informative estimates despite the small number of participating EDs. The consequences and costs generated by hospital emergency visits can sometimes be onerous, and these estimated rates confirm the scale of the problem and the need to continue investing in preventive actions. (R.A.) Traduction du résumé : Les accidents de la vie courante (AcVC) représentent actuellement un problème majeur de santé publique, en raison de leur fréquence, des conséquences associées et des frais médicaux considérables qu'ils génèrent. Comme dans de nombreux autres pays européens, la population couverte par le système de surveillance français des AcVC est faible. Dans cette étude, une approche assistée par modèle est développée pour estimer les taux d'incidence des AcVC chez des adultes pris en charge dans les services d'urgence des hôpitaux de la France métropolitaine entre 2004 et 2008. Sur la base d'un échantillon des urgences hospitalières participant au système français de surveillance des AcVC (EPAC), un modèle mixte linéaire généralisé a été ajusté, décrivant la relation entre le nombre de visites aux urgences pour AcVC et le sexe et l'âge des patients sur la base du nombre de séjours liés à des traumatismes enregistrées par les hôpitaux. Les statistiques sur les séjours hospitaliers ont été fournies par les bases de données des sorties hospitalières dans les établissements participants (PMSI). Les mêmes statistiques étaient disponibles au niveau national, ce qui a permis d'extrapoler des estimations de l'incidence à l'échelon national. Sur la période 2004-2008, le taux d'incidence estimé des AcVC, standardisé selon l'âge sur la population européenne âgée de 15 ans et plus, était de 48,7 pour 1 000 années-personnes (intervalle de confiance 95% : 39,4-58,0). Ce taux montrait peu de variabilité sur le temps et correspond à une moyenne de 2,5 millions d'accueils aux urgences chaque année pour à un AcVC chez les personnes âgées de 15 ans et plus en France. La méthode a permis d'utiliser des données médico-administratives disponibles à l'échelle nationale pour extrapoler des estimations informatives malgré le faible nombre de services d'urgence participants. Les conséquences et les coûts générés par le recours aux urgences peuvent parfois être très importants, et ces estimations de taux confirment l'ampleur du problème et la nécessité de poursuivre l'investissement dans des actions de prévention.(Traduction effectuée par la Cellule de valorisation Editoriale - CeVE - de l'InVS)

Auteur : Bonaldi C, Ricard C, Nicolau J, Bouilly M, Thelot B
Population Health Metrics, 2014, n°. 2