Epidemiological surveillance linked to an outreach psychological support program after the Xynthia storm in Charente-Maritime, France, 2010

Publié le 1 Octobre 2012
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction: Following the Xynthia storm of February 2010 in France, an outreach program was initiated by the regional health authorities during the post-emergency phase to improve access to mental health care for the population exposed to the floods. The program was designed to complement routine health and social care services. It relied on a special telephone service and outreach consultations located in the town halls of the five most affected cities. The objective of this outreach service was to provide initial psychological counseling free of charge and without appointment. Another objective was to refer persons for appropriate treatment and follow-up by routine health care services. A surveillance program was developed to monitor the use of mental health services by first-time users, describe outreach service users with psychological manifestations, and provide timely information to decision makers. METHODS: Health providers working in affected towns were asked to complete an individual record sheet for each person who displayed psychological manifestations directly or indirectly linked with the storm on their first visit, and to send it to the regional health office. Participation was voluntary. Data analysis was performed monthly during the six-month surveillance period. RESULTS: Only mental health providers participated in the surveillance. A total of 227 individual files were sent from April 7 through September 19, 2010. New cases were mainly female adults, and one fifth had a past history of psychiatric illness. Depressive signs and anxiety were the most commonly reported symptoms, followed by signs of post-traumatic stress disorder. A total of five feedback reports were produced for surveillance participants (informants) and authorities. Conclusion : With initiation in the post-emergency phase of a disaster and timely regular feedback, the surveillance program enabled the authors to describe the occurrence of psychological distress, monitor mental health service use by first-time users, and provide guidance to health authorities. This research showed the advantages of integrating epidemiology in the development of strategy for mental health and psychosocial support in the aftermath of natural catastrophes. Traduction du résumé : Suite au passage de la tempête Xynthia en février 2010 en France, l'Agence Régional de Santé a mis en place un dispositif spécifique de soutien médico-psychologique de proximité après la phase d'urgence, pour améliorer l'accès aux soins de santé mentale de la population exposée aux inondations. Ce dispositif était destiné à renforcer l'offre des services de soins et d'aide sociale habituels. Il était fondé sur une ligne téléphonique dédiée et des consultations localisées dans les mairies des cinq villes les plus touchées. Ce dispositif de proximité visait à proposer une consultation psychologique initiale gratuite et sans rendez-vous. Le dispositif permettait aussi d'orienter les personnes vers les services de soins existants pour une prise en charge et un suivi appropriés. Un dispositif de surveillance épidémiologique a été mis en place pour suivre les primo-consultations en rapport avec l'impact psychologique de Xynthia sur l'ensemble de l'offre des services de soin, de , décrire les symptômes psychologiques des utilisateurs de ces services et de fournir des informations régulières aux décideurs. Le personnel soignant qui travaillait dans les villes concernées devait remplir une fiche de renseignements individuelle pour toutes les personnes présentant lors de leur première visite des troubles psychologiques, directement ou indirectement liés à la tempête, et l'envoyer aux services régionaux de santé. La participation a été faite sur la base du volontariat. Une analyse des données a été effectuée mensuellement pendant les six mois de surveillance. Seuls les spécialistes en santé mentale et le personnel du dispositif de proximité ont finalement contribué à la surveillance. Un total de 227 fiches de renseignement individuelles ont été envoyés entre le 7 avril et le 19 septembre 2010. Ces " nouveaux cas " étaient principalement des femmes adultes, dont un cinquième avait vécu un épisode de maladie psychiatrique dans le passé. Les symptômes de dépression et d'anxiété étaient les plus couramment rapportés, suivis par le syndrome de stress post-traumatique. Au total, cinq bulletins de retro-information ont été rédigés pour les participants à la surveillance (les informateurs) et les autorités. Les informations apportées ont permis de confirmer le besoin de prise en charge de proximité durant plusieurs mois après l'événement et d'adapter l'offre temporellement et géographiquement en fonction de ces besoins. En initiant le programme de surveillance immédiatement après la phase d'urgence d'une catastrophe et en effectuant un suivi régulier, il a été possible de décrire les phénomènes de détresse psychologique, d'adapter le dispositif aux besoins de prise en charge en santé mentale, et enfin de fournir des recommandations aux autorités sanitaires. Cette étude a mis en évidence les bénéfices d'une intégration de l'épidémiologie dans le développement d'une stratégie de santé mentale et de soutien psychosocial lors des suites de catastrophes naturelles. (Traduction du résumé effectuée par la Cellule de Valorisation Editoriale CeVE de l'InVS)

Auteur : Raguenaud ME, Germonneau P, Leseigneur J, Chavagnat JJ, Motreff Y, Vivier Darrigol M, Pirard P
Prehospital and Disaster Medicine, 2012, vol. 27, n°. 5, p. 1-6