Deux guides méthodologiques pour la prise en charge des syndromes collectifs inexpliqués et pour la gestion de la qualité de l'air intérieur : une nécessaire double articulation entre sciences et entre sciences et gestion

Publié le 1 Janvier 2010
Mis à jour le 5 juillet 2019

Les syndromes collectifs inexpliqués et les mesures de surveillance de la qualité de l'air intérieur dans les écoles s'accroissent aujourd'hui. Les interrogations sanitaires associe?es demandent des réponses appropriées que les investigations classiques ne permettent pas d'apporter. La DGS et l'InVS ont développé, en association avec de nombreux acteurs institutionnels et universitaires, deux guides méthodologiques d'évaluation et de gestion de ces situations avec le souci de donner de la cohérence aux modalités proposées dans ces deux ouvrages. Ils soulignent tous deux fortement la nécessité d'un travail interdisciplinaire pour, d'une part, favoriser le croisement des regards scientifiques et, d'autre part, assumer une vraie interface avec la décision et l'action qui doit s'en suivre. Parmi les éléments marquants de ces documents, il convient de noter l'apport des sciences sociales, la constitution d'une cellule de coordination, la structuration de la communication quel que soit le moment de la situation et l'importance de l'état de préparation des acteurs locaux, notamment au travers de la nomination d'un référent de la qualité de l'air intérieur. (R.A.)

Auteur : Dor F, Bringer Guerin C, Kermarec F, Urban S, Briand E
Archives des Maladies Professionnelles et de l'Environnement, 2010, n°. 71, p. 813-7