Caractéristiques sociodémographiques et santé des familles sans logement en Île-de-France : premiers résultats de l'étude Enfams, 2013. Numéro thématique. État de santé et conditions de vie des populations sans domicile

Publié le 17 Novembre 2015
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction : l'étude Enfams, première enquête française exclusivement consacrée aux familles sans logement, visait à décrire les caractéristiques et la santé de ces ménages, en Île-de-France. Méthode : le recueil de données a été mené en 2013 par l'Observatoire du Samusocial de Paris. Un sondage aléatoire à trois degrés a permis d'obtenir un échantillon de 801 familles (couple parent-enfant âgé de 0 à 12 ans) résidant dans des centres d'hébergement d'urgence, de réinsertion sociale, d'accueil pour demandeurs d'asile ou dans des hôtels sociaux. Ces familles ont été interrogées en 17 langues par un binôme enquêteur/psychologue. Des mesures anthropométriques, un prélèvement biologique et le recueil du calendrier vaccinal ont été réalisés par une infirmière. Résultats : le nombre total de familles sans logement a été estimé à 10 280 en Île-de-France. Les parents étaient majoritairement nés à l'étranger (94%) et résidaient en France depuis 5 ans en moyenne. Près de la moitié des familles était monoparentale, 22% ayant au moins 3 enfants. Par ailleurs, 94% d'entre elles vivaient sous le seuil de pauvreté et 22% n'avaient aucun revenu. La majorité souffrait de malnutrition, avec une forte prévalence d'insécurité alimentaire (77% des parents et 69% des enfants), d'anémie (50% des mères et 38% des enfants), de surpoids (38% des mères et 22% des enfants) et d'obésité (32% des mères et 4% des enfants). Par ailleurs, 30% des mères souffraient de dépression et 20% d'état de stress post-traumatique. Concernant les enfants, 20% présentaient des troubles de la santé mentale et la majorité (80%) avaient un retard de développement. Discussion conclusion : ces premiers résultats invitent à réformer l'hébergement d'urgence dans le sens d'une prise en compte de ses effets sur la santé des familles, notamment sur le développement des enfants.

Auteur : Vandentorren S, Le Mener E, Oppenchaim N, Arnaud A, Jangal C, Caum C, Vuillermoz C, Martin Fernandez J, Lioret S, Roze M, Le Strat Y, Guyavarch E
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2015, n°. 36-37, p. 679-85