Aspects méthodologiques de l'investigation des signalements d'agrégats spatio-temporels de maladies non infectieuses

Publié le 1 Septembre 2005
Mis à jour le 5 juillet 2019

En France, le signalement de regroupements spatio-temporels de maladies non infectieuses au sein de la population générale est en nette augmentation depuis 2000. La gravité des maladies rapportées (souvent des cancers) et la présence de facteurs de risques potentiels dans l'environnement général génèrent des inquiétudes au sein des populations concernées ainsi qu?une demande pressante de prise en charge. L'analyse de l'historique des investigations d'agrégats spatio-temporels enseigne le peu de réussite dans la recherche d'un facteur étiologique de ces événements, malgré l'engagement fréquent d'importantes ressources. Les raisons principales en sont la fréquence des regroupements aléatoires des maladies ainsi que les biais et difficultés méthodologiques rencontrées lors de l'investigation d'un petit nombre de cas de pathologies souvent différentes et multifactorielles. Afin d?apporter une réponse de santé publique adéquate qui permette, à la fois, de mener l'investigation avec la rigueur scientifique nécessaire et de préserver les ressources publiques, il est proposé d'adopter un protocole spécifique d'investigation. Ce dernier est fondé sur un recueil hiérarchisé d'informations sanitaires et environnementales et sur une analyse progressive de la plausibilité de présence d'un agrégat généré par une exposition commune des populations. Du fait du climat social entourant ces événements, une attention particulière est portée aux relations avec la population

Auteur : Germonneau P, Tillaut H, Gomes Do Esperito Santo E, Borraz O
Environnement risques & santé, 2005, vol. 4, n°. 5, p. 329-34