Access to health insurance coverage among sub-Saharan African migrants living in France: Results of the ANRS-PARCOURS study

Publié le 15 Février 2018
Mis à jour le 5 juillet 2019

Background: migrants" access to care depends on their health insurance coverage in the host country. We aimed to evaluate in France the dynamic and the determinants of health insurance coverage acquisition among sub-Saharan migrants. Methods: in the PARCOURS life-event retrospective survey conducted in 2012 2013 in health-care facilities in the Paris region, data on health insurance coverage (HIC) each year since arrival in France has been collected among three groups of sub-Saharan migrants recruited in primary care centres (N = 763), centres for HIV care (N = 923) and for chronic hepatitis B care (N = 778). Year to year, the determinants of the acquisition and lapse of HIC were analysed with mixed-effects logistic regression models. Results: in the year of arrival, 63.4% of women and 55.3% of men obtained HIC. But three years after arrival, still 14% of women and 19% of men had not obtained HIC. HIC acquisition was accelerated in case of HIV or hepatitis B infection, for migrants arrived after 2000, and for women in case of pregnancy and when they were studying. Conversely, it was slowed down in case of lack of a residency permit and lack of financial resources for men. In addition, women and men without residency permits were more likely to have lost HIC when they had one. Conclusion: in France, the health insurance system aiming at protecting all, including undocumented migrants, leads to a prompt access to HIC for migrants from sub-Saharan Africa. Nevertheless, this access may be impaired by administrative and social insecurities. Traduction du résumé : L'accès aux soins des migrants dépend de leur couverture d'assurance maladie dans le pays d'accueil. Nous avons cherché à évaluer la dynamique et les déterminants de l'acquisition de la couverture maladie en France auprès des migrants subsahariens. Dans l'enquête PARCOURS sur les événements de vie menée en 2012-2013 en région parisienne, des données sur la couverture d'assurance maladie ont été collectées chaque année depuis l'arrivée en France auprès de trois groupes de migrants subsahariens recrutés dans les centres de soins primaires (N = 763), les services de prise en charge pour le VIH (N = 923) et les services de prise en charge de l'hépatite B chronique (N = 778). Pour chaque année, les déterminants de l'acquisition et de la perte de la couverture d'assurance maladie ont été analysés avec des modèles de régression logistique à effets mixtes. L'année de leur arrivée, 63,4% des femmes et 55,3% des hommes ont obtenu une couverture d'assurance maladie. En revanche, trois ans après leur arrivée, 14% des femmes et 19% des hommes n'avaient toujours pas de couverture. L'acquisition de la couverture d'assurance maladie était plus rapide en cas d'infection par le VIH ou l'hépatite B pour les migrants arrivés après 2000, et pour les femmes enceintes et celles qui poursuivaient des études. A l'inverse, l'acquisition de la couverture d'assurance maladie était plus lente en l'absence de carte de séjour et de ressources financières pour les hommes. En outre, les femmes et les hommes qui ne possédaient pas de titre de séjour étaient plus susceptibles d'avoir perdu leur couverture à l'assurance maladie. En France, le système d'assurance maladie visant à protéger tous les citoyens, y compris les sans-papiers, permet aux migrants d'Afrique subsaharienne d'avoir un accès rapide à l'assurance maladie. Néanmoins, cet accès peut être compromis par des insécurités administratives et sociales. (Traduction effectuée par l'Unité de valorisation scientifique de la Direction de la communication et du dialogue avec la société, de Santé publique France).

Auteur : Vignier N, Desgrees du Lou A, Pannetier J, Ravalihasy A, Gosselin A, Lert F, Lydie N, Bouchaud O, Dray Spira R
PloS one, 2018, vol. 13, n°. 2, p. e0192916