Dispositif de surveillance des cas groupés d'infections respiratoires aiguës basses dans les collectivités de personnes âgées de la région Paca. Saison hivernale 2006-2007

Publié le 1 Janvier 2008
Mis à jour le 5 juillet 2019

Dans les établissements avec hébergement pour personnes âgées (Ehpa), un grand nombre de cas et de décès dus aux infections respiratoires aiguës (IRA) pourrait être évité par une amélioration des mesures de prévention et de contrôle. Ce projet vise à réduire la mortalité et la morbidité dues aux IRA chez les résidents en Ehpa par l'identification précoce des cas groupés, la mise en place de procédures de signalement vers les CClin et les Ddass et de mesures de contrôle appropriées, l'investigation des épidémies et l'évaluation du dispositif de surveillance des IRA. Pour la 2 e année consécutive, la diffusion d'outils (prévention, autosurveillance, signalement, mesures de contrôle) a été adressée aux 740 Ehpa. Le dispositif de la saison hivernale 2006- 2007 a ensuite été évalué par un questionnaire qui leur a été adressé. Le taux de participation à l'enquête a été de 69 %. L'évaluation a montré une amélioration de l'utilisation des outils, avec notamment 66 % des Ehpa qui avaient une autosurveillance des IRA, 70 % un laboratoire identifié effectuant les tests de dépistage rapides de la grippe et 78 % un stock de masques disponible. Des cas groupés ont été notifiés rétrospectivement dans 23 Ehpa avec au total 33 épisodes dont 4 signalés en temps réel aux Ddass. Le taux d'attaque était de 13 % chez les résidents, avec 7 hospitalisations et 3 décès, et de 3 % chez le personnel. Des tests et des prescriptions de Tamiflu® ont été réalisés pour un seul épisode. Les Ehpa doivent améliorer leur dispositif de prise en charge des cas afin de réaliser un diagnostic rapide pour établir un traitement précoce, appliquer les procédures de signalement et respecter les mesures préconisées. La couverture vaccinale des résidents en Ehpa est relativement élevée pour la grippe (91 %) mais insuffisante pour le pneumocoque (21 %). Celle du personnel pour la grippe est basse (40 %). Il semble que le message de la vaccination altruiste du personnel ne semble pas avoir vraiment pénétré dans certains établissements. Un travail de sensibilisation de santé doit être réitéré au vu de ces résultats. (R.A.)

Auteur : Berbis J, Six C
Année de publication : 2008
Pages : 35 p.