Vers une intégration de la Guyane française au programme d'élimination de la rougeole dans les Amériques. Évaluation des activités de vaccination anti-rougeoleuse et anti-coquelucheuse

Publié le 1 Juin 2005
Mis à jour le 10 septembre 2019

Les efforts importants de vaccination menés par la plupart des pays des Amériques ont permis d'aboutir au contrôle de la circulation du virus endémique de la rougeole. À ce jour, la Guyane reste le seul territoire d'Amérique du Sud "en dehors" du plan régional d'élimination de la rougeole promu par l'Organisation mondiale de la santé. En janvier 2003, suite à la survenue d'un cas suspect de rougeole à la frontière entre la Guyane et le Brésil, l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS) a demandé aux autorités sanitaires de Guyane de documenter rapidement l'existence (ou non) d'une circulation du virus rougeoleux en Guyane et d'évaluer l'effort restant à fournir par les services de vaccination pour généraliser une couverture vaccinale contre la rougeole supérieure ou égale à 95 % sur l'ensemble du territoire. D'autre part, la survenue de deux épidémies de coqueluche successives en mars et décembre 2001 et le constat d'une couverture vaccinale très insuffisante par 4 doses de vaccin anti-coquelucheux sur tout le territoire ont amené à évaluer également les activités de vaccination contre la coqueluche. Une enquête dont le principe a été adapté de la méthode de sondage par lot (Lot Quality Assurance Sampling) par l'OPS, a été effectuée en avril 2003 dans 43 secteurs répartis sur le territoire guyanais. Dans chaque secteur, 20 foyers comportant au moins un enfant âgé de 2 à 6 ans ont été visités. Un secteur était considéré comme insuffisamment vacciné lorsque deux enfants ou plus étaient trouvés non vaccinés contre la rougeole ou la coqueluche. Cette étude a été complétée par une recherche active à domicile de cas de rougeole. L'évaluation des activités de vaccination a permis d'identifier 27 secteurs sur 36 valides (20 enfants de 2-6 ans ou plus d'un enfants non vaccinés) comme insuffisamment vaccinés contre la rougeole et 39 secteurs sur les 43 contre la coqueluche. La recherche active de cas n'a décelé aucun cas suspect ni dans la famille, ni dans l'entourage des personnes interrogées. Les résultats de cette enquête ont ainsi montré que la plupart des services de santé ne parviennent pas à maintenir une couverture vaccinale suffisante pour interrompre la circulation du virus rougeoleux. De même, la vaccination par 4 doses de coqueluche reste très insuffisante malgré les campagnes de vaccination menées en 2002. Ainsi, le risque de survenue d'épidémies, souvent mortelles pour les nourrissons, reste élevé en Guyane. Cette situation préoccupante nécessite qu'un réel PEV concernant l'ensemble des antigènes du calendrier et prévoyant des stratégies de vaccination plus actives soit mis en place à brève échéance dans ce département. Ce programme devra intégrer le programme régional piloté par l'OPS dans les Caraïbes anglophones et le Surinam.

Auteur : Chaud P, Quenel P, Souares Y, Izurieta H, Huguet P
Année de publication : 2005
Pages : 32 p.