Evaluation de l'impact a priori de nouvelles stratégies vaccinales. Exemples de la vaccination contre la varicelle des adolescents et contre la coqueluche des jeunes adultes

Publié le 1 Juin 2005
Mis à jour le 5 juillet 2019

Pour aider les autorités sanitaires à établir des recommandations concernant de nouveaux vaccins contre la varicelle et la coqueluche, l'Institut de veille sanitaire a estimé, selon différents scénarios, l'impact de ces vaccinations chez les adolescents ou les jeunes adultes. Deux cohortes de sujets de 11 et 18 ans ont été suivies fictivement jusqu'à 80 ans et les nombres d'événement de santé évités par la vaccination calculés. Les trois stratégies étudiées étaient la vaccination de tous les sujets, de ceux sans antécédent de varicelle connu, de ceux sans antécédent connu et séronégatifs pour la varicelle. Cette dernière stratégie s'est avérée la plus efficace en coût/efficacité. Cependant, elle éviterait au mieux chaque année entre un et deux tiers des évènements attendus, soit moins de 7 décès et 385 hospitalisations, à condition qu'un rattrapage initial de toute la population adulte soit entrepris. Les données du réseau de surveillance Renacoq ont permis d'estimer le nombre de cas de coqueluche survenant chaque année chez les enfants de moins de 5 mois, évitables par la vaccination de leur entourage. Les deux stratégies étudiées ont été la vaccination de tous les sujets de 25 ans avec le vaccin combiné diphtérie-tétanos-polio-coqueluche et la vaccination de la cellule familiale à l'occasion d'une grossesse. Pour une couverture de 100 %, la vaccination des adultes de 25 ans éviterait en moyenne, chaque année, 76 à 148 hospitalisations et 1,3 à 2,6 décès. La vaccination familiale en éviterait le double. La meilleure couverture vaccinale attendue pour la stratégie de vaccination familiale la rendrait encore plus intéressante en comparaison avec la stratégie de rappel à 25 ans (réduction des décès de 24 à 47 % avec une couverture de 80 % pour la vaccination familiale versus 6 à 12 % avec une couverture de 40 % pour la vaccination à 25 ans). (R.A.)

Année de publication : 2005
Pages : 17 p.