Couvertures vaccinales chez les enfants sans logement d'Île-de-France : résultats de l'étude Enfams, 2013. Numéro thématique. État de santé et conditions de vie des populations sans domicile

Publié le 17 Novembre 2015
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction : le nombre de familles sans logement a fortement augmenté ces dix dernières années en France. Les caractéristiques sociodémographiques et sanitaires de cette population sont mal connues. L'Observatoire du Samusocial de Paris a mené une étude dont l'un des objectifs était d'estimer la couverture vaccinale (CV) des enfants sans logement. Méthodes : enquête transversale menée en Île-de-France sur un échantillon de 801 familles résidant en hôtel social, en centre d'hébergement d'urgence, de réinsertion sociale ou pour demandeurs d'asile. Les enfants de moins de 13 ans ont été sélectionnés par sondage aléatoire à trois degrés. Les données vaccinales ont été recueillies par une infirmière à partir du carnet de santé au cours d'entretiens en face-à-face. La CV a été définie comme le rapport entre le nombre d'enfants vaccinés par un vaccin donné et le nombre d'enfants inclus dans l'analyse. L'association entre vaccination et variables sociodémographiques a été analysée par régression de Poisson. Résultats : au total, 751 enfants ont été inclus entre janvier et juillet 2013. Chez les enfants sans logement nés en France, les CV étaient généralement élevées (>90% à l'âge de 24 mois pour la plupart des vaccinations) et proches de celles observées en population générale, alors que celles des enfants sans logement nés hors de France étaient nettement plus basses (toutes <50% au même âge). À l'âge de 24 mois, la probabilité d'être vacciné pour un enfant sans logement né en France était généralement de 2 à 14 fois supérieure (selon les vaccins) à celle d'un enfant né hors de France (p<0,001). Dans ce dernier groupe, la vaccination s'améliorait au-delà de 24 mois, mais le rattrapage restait insuffisant. Conclusions : bien qu'il soit possible qu'une partie de l'écart observé soit liée à un défaut d'enregistrement de vaccinations effectuées avant l'arrivée en France, ces données suggèrent que les enfants franciliens sans logement nés à l'étranger sont moins bien vaccinés, à âge égal, que les autres enfants. Une attention particulière devrait être portée à cette population spécifique.

Auteur : Guthmann JP, Mansor Lefebvre S, Levy Bruhl D, Caum C, Arnaud A, Jangal C, Vandentorren S, Le Strat Y
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2015, n°. 36-37, p. 686-92