Couverture vaccinale hépatite B chez l'enfant en France en 2014 : progrès très importants chez le nourrisson, stagnation chez l'adolescent. Numéro thématique. Journée mondiale contre l'hépatite

Publié le 28 Juillet 2015
Mis à jour le 5 juillet 2019

En France, la vaccination contre le virus de l'hépatite B (VHB) est recommandée chez tous les nourrissons, avec un schéma à trois doses. Les couvertures vaccinales (CV) nationales sont estimées à l'âge de 6 mois à partir de l'Échantillon généraliste des bénéficiaires (EGB), à l'âge de 24 mois à partir des certificats de santé de l'enfant, et chez l'enfant plus âgé et l'adolescent par le cycle triennal d'enquêtes en milieu scolaire. Ces différents dispositifs de collecte des données vaccinales font intervenir de multiples partenaires. Nous présentons les CV estimées à partir de ces différentes sources depuis 2004, année pour laquelle les CV à 24 mois ne dépassaient pas 30%. Au total, 92,1% des enfants âgés de 6 mois nés en 2014 avaient débuté une vaccination contre l'hépatite B, comparé à 24,6% pour les enfants nés en 2004. Cette très forte progression s'observait surtout à partir de 2008, où la CV doublait. À l'âge de 24 mois, la CV pour trois doses était de 81,5% en 2013 et suivait la même dynamique. Cette même année, une CV trois doses supérieure à 80% était observée dans 55% des départements, contre 2% en 2008. L'absence de données exploitables dans 18 départements n'a permis de réaliser des estimations régionales que dans 16 (61%) régions en 2013, un progrès par rapport à 2008 (10 (38%) régions). Au-delà de 24 mois, la couverture était de 50,9% à 6 ans (2013), de 45,8% à 11 ans (2008) et de 43,1% à 15 ans (2009). La CV hépatite B est en forte progression chez le nourrisson. Cette dynamique s'explique par l'admission au remboursement du vaccin hexavalent en 2008. Elle pourrait aussi refléter une meilleure acceptabilité de cette vaccination par la population et les professionnels de santé. La couverture reste très insuffisante chez le grand enfant et l'adolescent, chez lesquels les actions de rattrapage doivent être renforcées.

Auteur : Guthmann JP, Fonteneau L, Collet M, Vilain A, Ragot M, Ben Boutieb M, Guignon N, Urcun JM, Levy Bruhl D
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2015, n°. 26-27, p. 499-504